RCA : pour Babacar Gaye il faudra juger à l'aune des faits l'engagement pris par les Antibalaka en faveur de la paix

Écouter /

On trouvera ci-joint le script de l'interview donnée par le Représentant spécial des Nations Unies en République centrafricaine, Babacar Gaye sur les récents événements survenus dans le pays. Ses propos ont été recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani.

Question : M. le Représentant spécial du Secrétaire général, pour la toute première fois depuis un certain temps, un groupe de protagonistes dans le conflit qui se déroule depuis plusieurs mois en RCA, un groupe dénommé Antibalaka a organisé une conférence de presse à laquelle ont participé de nombreux journalistes. Les Antibalaka ont lancé un appel pour la paix en Centrafrique. Ils ont lancé un appel pour participer à un dialogue entre différentes parties afin de contribuer aw la paix en Centrafrique. Est-ce que ce groupe là, Antibalaka, auquel plusieurs organisations internationales reprochent d'avoir participe waw de crimes de masse un peu partout, pensez vous qu'un tel groupe peut être entendu dans le cadre d'un dialogue entre protagonistes en RCA pour contribuer à une paix durable dans ce pays?

Babacar Gaye: Si ceux qui ont des armes appellent à la paix, on doit s'attendre à ce que les armes se taisent. Donc c'est à l'aune des faits que nous jugerons de l'engagement qui a été pris ce matin durant cette conférence de presse. Mais vous vous souviendrez que moi-même j'avais appelé tous les Centrafricains de toutes les régions du pays, de toutes les confessions à se ressaisir. Si c'est un écho à cet appel, je dis à cet écho bienvenu. En tout cas je le répète, c'est à l'aune des faits que l'on jugera de la sincérité, que l'on jugera aussi de toutes les dimensions de cet appel.

Question: Une autre question. On apprend que le Tchad a décidé de retirer ses troupes de la MISCA. Pensez vous que c'est un gros désavantage pour la paix encore fragile ici. Est ce que le fait que les Tchadiens se retirent, cela va encore fragiliser ou carrément annihiler tous les efforts qui ont été jusque là fournis pour contribuer à la paix en Centrafrique?

Babacar Gaye: Vous savez ce que je retiens des conditions dans lesquelles le Tchad a décidé de retirer son contingent, c'est la déclaration du Ministre Moussa Faki dans laquelle il a rappelé l'engagement de son pays pour aider à la solution de crise; dans laquelle également il a réitéré sa solidarité à la Centrafrique. Et son engagement à continuer à soutenir sous d'autres formes ce pays afin qu'il recouvre la paix, la sécurité, l'unité et réalise la réconciliation de tous ses fils et filles. Je crois que c'est ca qu'il faut retenir au delà de cette péripétie qui bien évidemment a une dimension militaire. Le Général commandant les forces aura instantanément moins d'hommes sous ses ordres. Mais je suis convaincu que le Tchad va organiser un repli en bon ordre qui ne portera pas de grave impact opérationnel. Mais ce que je retiens surtout, c'est l'engagement de ce pays à continuer à jouer son rôle au profit d'un de ses voisins.

(Interview : général Babacar Gaye, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en République centrafricaine; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/06/2017
Loading the player ...