RCA: Navi Pillay préoccupée par les récentes flambées de violences à Bangui

Écouter /

Des personnes déplacées près de l’aéroport de Bangui: l’ONU s’inquiète de la recrudescence de la violence dans la capitale centrafricaine (Photo: HCR/A. Greco).

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme est vivement préoccupé par la détérioration de la sécurité à Bangui, conséquences des récentes flambées de violence dans certains quartiers de la capitale centrafricaine. Depuis le 22 mars dernier, au moins 60 personnes ont été tuées.

Une série d’affrontements entre des membres des anti-Balaka et des musulmans ont eu lieu la semaine dernière dans différents quartiers de Bangui.  Au moins 20 personnes ont été ainsi tuées le 27 mars dernier à Bangui dans une attaque à la grenade lors d’une veillée funèbre. Onze autres personnes ont été aussi blessées lors de cette attaque à proximité du quartier PK5. Le 22 et 23 Mars, des anti-Balaka avaient attaqué le même quartier, -où quelque 700 musulmans sont assiégés-, dans une tentative de prendre le contrôle de la zone. Selon la Croix-Rouge centrafricaine, au moins 15 personnes ont été tuées au cours des combats qui ont suivi et lors de l’intervention des forces de la MISCA et françaises Sangaris.

Selon le Haut-Commissariat, des tensions et des affrontements entre des éléments des anti-Balaka et des forces de la Misca ont également été signalés, avec des anti-Balaka qui auraient ciblé directement à plusieurs reprises des militaires de la MISCA et des civils.

Le 29 mars, 24 personnes auraient été tuées et plus d’une centaine gravement blessées par des soldats tchadiens dans la municipalité de Bégoua. Ces soldats tchadiens étaient venus rapatrier leurs compatriotes fuyant les violences en Centrafrique. Même si le Haut-Commissariat tente de déterminer les circonstances exactes de cet incident, il semblerait que des soldats tchadiens ont ouvert le feu sans discernement sur une foule. Les services de Navi Pillay essaient toujours de confirmer l’affiliation exacte de ces soldats.

Hier lundi aussi, un élément anti-Balaka aurait lancé une grenade sur des soldats tchadiens, avant d’être tué par les troupes françaises.

À la lumière de cette nouvelle détérioration de la situation sécuritaire, la Chef des droits de l'homme de l'ONU, Navi Pillay, invite une fois de plus les États à soutenir l’appel urgent du Secrétaire général de l'ONU pour le déploiement de plus de casques bleus en République centrafricaine.

(Extrait sonore : Cécile Pouilly, porte-parole du Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...