RCA : le HCR condamne l'attaque d'un convoi de musulmans ayant fait deux morts

Écouter /

Des humanitaires de l’ONU évaluant les besoins des communautés vulnérables en RCA (Photo:HCR/D.Mbaiorem).

Attaques de villages par des ex-Séléka et embuscades de convois musulmans par des miliciens anti-Balaka: la Centrafrique continue de subir quotidiennement les violences d’anciens rebelles et de milices chrétiennes. Les populations civiles continuent ainsi de payer un lourd tribut de ces vagues de violence. Dernier épisode de ce scénario macabre, l'attaque lundi par un groupe armé d'un convoi de 1.300 musulmans parti la veille de Bangui vers le Nord de la Centrafrique pour fuir les violences, faisant deux morts et six blessés.

La porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) attribue cette « attaque à la grenade à des hommes qu'on pense être des anti-balaka ».

Dans la région de Dékoa, à 300 km au nord de Bangui, le convoi aurait été attaqué lundi après-midi par des hommes armés perchés sur des arbres qui ont ouvert le feu sur les passagers. Fréquemment attaqués par ces milices à dominante chrétienne, quelque 1.300 musulmans qui se terraient en périphérie de Bangui sont partis dimanche sous escorte militaire de la force d’interposition africaine en Centrafrique (MISCA) en direction du Nord.

C'est la seconde opération de relocation de déplacés musulmans de Bangui vers des villes de l'intérieur de la République centrafricaine (RCA). Le 20 avril dernier, près de 93 musulmans ont été évacués par l’ONU de Bangui à Bambari.

Pour le HCR, cette attaque d'un convoi hier « montre bien qu'il y a une impérieuse nécessité de protéger ces populations en danger et de les transférer dans des zones où les anti-balaka ne peuvent les atteindre ». « L'opération de transfert des personnes déplacées qui le demandent, est d'abord une opération sur une base volontaire. C'est une mesure de dernier recours. Ces populations espèrent qu'une fois la paix revenue, elles pourront rentrer chez elles », fait remarquer Fatoumata Lejeune-Kaba, porte-parole du HCR.

(Extrait sonore : Fatoumata Lejeune-Kaba, porte-parole du HCR ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...