Mali : nomination de Modibo Keita comme Haut Représentant chargé du dialogue avec les groupes rebelles du nord

Écouter /

Abdoulaye Diop, Ministre des affaires étrangères, de l’intégration africaine de la coopération internationale du Mali. Photo ONU/Paulo Filgueiras

Le Conseil de sécurité a entendu ce matin l'intervention du nouveau Ministre malien des affaires étrangères, de l'intégration africaine et de la coopération internationale. Abdoulaye Diop, qui s'est également exprimé devant les journalistes à l'issue de la réunion du Conseil, a confirmé la nomination il y a quelques heures de l'ancien Premier Ministre, Modibo Keita, comme Haut Représentant chargé de dialoguer avec les groupes rebelles du nord afin de renforcer la réconciliation nationale. De plus, le nouveau gouvernement comporte également un Ministère de la réconciliation nationale.

Lors de son intervention devant les quinze, le ministre a précisé que depuis la présentation, le 16 janvier 2014, du deuxième rapport du Secrétaire général sur l'execution du mandat de la Mission multidimensionnelle intégré des Nations Unies pour la stabilisation au Mali, (MINUSMA), plusieurs événements et évolutions sont survenues, qui concernent notamment le processus politique, la sécurité, la stabilisation, le rétablissement de l’autorité de l'État, les droits de l'homme, la reprise de l'économie et des chantiers de reconstruction, la situation humanitaire, la coordination internationale et la MINUSMA.

Comme indiqué dans le rapport examiné, des progrès remarquables ont été accomplis, selon le ministre, en ce qui concerne les négociations entre le Gouvernement et les groupes armés, rendues possibles grâce à l'appui de ses partenaires.

Pour sa part, le Gouvernement du Mali est résolu à ne ménager aucun effort pour parvenir à une solution définitive à la crise qui affecte le nord de notre pays, dans le respect de la souveraineté, de l'intégrité territoriale et de l'unité du pays.

Le Gouvernement et la MINUSMA ont mené des actions conjointes préparatoires aux pourparlers inclusifs de paix à travers l'organisation d’une série d’ateliers et d’activités portant sur les leçons apprises des Accords précédents ; le cantonnement et le processus démobilisation, désarmement et réinsertion (DDR) ; la réinstallation de l'administration et la reprise des services sociaux ; les journées nationales d’action des femmes et des jeunes en faveur de la paix et de la ré conciliation nationale. L’atelier consacr6 au processus de DDR a débouché sur 1′élaboration d’un document sur le mode opératoire du cantonnement.

Pour conforter les actions conjointes Gouvernement-MINUSMA, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita a eu des entretiens avec les plus hautes autorités des pays voisins et de la région, dont l’Algérie et le Maroc, lesquels ont exprimé leur disposition à s’investir en faveur de la résolution pacifique du problème du nord du Mali.

Le Mali partage les préoccupations d’ordre sécuritaire et humanitaire évoquées dans le rapport du Secrétaire général, notamment le regain d’activités des groupes terroristes, principalement d’AQMI et du MUJAO, qui utilisent des engins explosifs improvisés et des roquettes contre les Forces armées maliennes, la MINUSMA et la Force Serval, dans le nord du Mali.

Par ailleurs, le Gouvernement du Mali est particulièrement préoccupé par la détérioration de la situation à Kidal et dans d’autres localités du nord à cause de certains cas de violences intercommunautaires.

S’agissant de la MINUSMA, le Mali regrette le faible niveau de la génération des forces et l'insuffisance d’hélicoptères d’attaque et de transport militaire dans un contexte marqué par l'intensification des activités des groupes terroristes.

(Extrait sonore : Abdoulaye Diop, Ministre malien des affaires étrangères, de l'intégration africaine et de la coopération internationale)

Classé sous Conseil de sécurité, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...