CITES : pour l’extension de la Convention à une quinzaine d’espèces de bois, de mammifères et d'oiseaux

Écouter /

Les gouvernements du Nicaragua, du Pakistan et de la Fédération de Russie ont demandé au Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES) d'ajouter à la liste seize nouvelles espèces à l’Annexe III, y compris des espèces de bois de grande valeur, des mammifères et les oiseaux. Les nouvelles inscriptions entreront en vigueur le 24 juin 2014.

Cette inclusion à la liste des espèces d’arbres de chêne de Mongolie et le frêne de Mandchourie par la Fédération de Russie, de bois de rose du Yucatan par le Nicaragua et de treize espèces d’animaux par le Pakistan dans l'Annexe III de la CITES signifie que toutes les expéditions transfrontalières de spécimens couverts par l’inscription devront être autorisées par la délivrance d’un document attestant de l’origine légale des produits visés par la liste.

Commentant ces nouvelles inscriptions, le Secrétaire général de la CITES, John Scanlon a déclaré: « Les demandes des gouvernements du Nicaragua, du Pakistan et de la Fédération de Russie d’inclure ces espèces à l’Annexe III , montrent qu'un grand nombre de pays sont de plus en plus conscients de la valeur de la CITES pour assurer un commerce international légal et facile traçable aux deux extrémités de la chaîne de valeur. ”

L’ exploitation forestière illégale et le commerce incontrôlé du chêne de Mongolie et du frêne de Mandchourie, deux espèces de feuillus précieux, dans les provinces extrême-orientale de Primorié et de Khabarovsk, est la première cause de dégradation des forêts. Les chênes sont une source essentielle de nourriture pour les animaux, tels que le sanglier, qui à son tour est une proie pour le tigre de l’Amour et le léopard d’Extrême-Orient. Le frêne est souvent trouvé dans les forêts des plaines inondables, qui sont des habitats essentiels à la fois pour les grands félins et leurs proies. Cette nouvelle mesure visant à contrôler le commerce international pourrait ainsi fournir de multiples avantages.

Le Nicaragua a demandé l’aide des parties à la CITES pour contrôler le commerce de bois de rose du Yucatan, une espèce utilisée dans l’industrie du bois en Amérique centrale. Ce bois ressemble beaucoup à un certain nombre d’autres espèces de bois de rose qui sont déjà protégées en vertu de la CITES. Cela rend le contrôle du commerce très difficile pour les agents des douanes.

Dans le même temps, le Pakistan a demandé la coopération des autres Parties pour le contrôle du commerce des treize espèces animales qui seront incluses dans l’Annexe III. Le Pakistan est doté d’une grande variété d’espèces uniques vivant en montagne.

Le Pakistan a également demandé de l’aide de la CITES pour protéger trois espèces de carnivores : la mangouste indienne grise, la petite mangouste indienne et la hyène rayée (Herpestes Edwards, Herpestes javanicus et hyène hyène) et trois espèces de faisan, le faisan Kalij, le paon et le faisan de Koklass ( Lophura leucomelanos, Pavo cristatus et Pucrasia macrolopha).

La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, connue par son sigle CITES ou encore comme la Convention de Washington, est un accord international entre Etats. Elle a pour but de veiller à ce que le commerce international des spécimens d’animaux et de plantes sauvages ne menace pas la survie des espèces auxquelles ils appartiennent.

(Interview : Juan Carlos Vasquez, chargé de la communication et de la sensibilisation au Secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, (CITES) ; propos recueillis par Florence Westergard)

Le dernier journal
Le dernier journal
18/09/2014
Loading the player ...