Ukraine: Eliasson à Kiev au lendemain du débat au Conseil de sécurité

Écouter /

Le Vice-Secrétaire général des Nations Unies, Jan Eliasson, a rencontré mardi 4 mars à Kiev le Ministre ukrainien des affaires étrangères par intérim, Andrii Deshchytsia, avec qui il a discuté de la crise actuelle dans le pays.

Les deux responsables « ont tous les deux souligné que le calme et l’unité internationale étaient nécessaires pour la poursuite de la paix, » a précisé le porte-parole du Secrétaire général dans une note à la presse.

« Ils ont également convenu que toutes les voies diplomatiques doivent être poursuivies plus activement », a-t-il ajouté. « Le Vice-Secrétaire général Eliasson a répété l’appel du Secrétaire général à respecter et préserver l’intégrité territoriale de l’Ukraine. »

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a demandé ce weekend à Jan Eliasson de se rendre à Kiev afin d’évaluer la situation dans ce pays.

La situation en Ukraine a été longuement examinée lundi  au Conseil de sécurité des Nations Unies à New York. Les représentants de l'Ukraine et de la Russie ont défendu leurs positions dans cette crise. Il y a eu d'autres interventions dont celle de la France. Son Représentant permanent auprès de l'ONU, l'Ambassadeur Gérard Arau, a proposé une piste de sortie de crise.

Le diplomate français a déclaré entre autres, que « Fidèle à cette recherche de solution raisonnable, qui respecte les intérêts et les sensibilités de chacun, dans le cadre de l’indépendance et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine, six points devraient constituer la base d’une sortie de crise, six points simples qui devraient être acceptés par toute partie respectueuse du droit international ».

Gérard Arau a alors présenté sa proposition au Conseil de sécurité:

« Tout d’abord, le retour des forces armées russes dans leurs bases, vérifié par des observateurs internationaux.

Deuxièmement, le cantonnement immédiat, le désarmement et la dissolution des éléments paramilitaires et des autres groupes disposant d’armes illégales sous le contrôle d’observateurs internationaux.

Troisièmement, le rétablissement par le Parlement ukrainien de la loi sur les langues régionales.

Quatrièmement, la mise en place d’un haut conseil pour la protection des minorités.

Cinquièmement, la mise en œuvre de la réforme constitutionnelle. Sixièmement, enfin, l’organisation d’élections présidentielles le 25 mai sous l’égide de l’OSCE ».

(Extrait sonore : Ambassadeur Gérard Arau, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies à New York)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...