Soudan du Sud : le conflit menace les progrès réalisés dans le combat pour la sécurité alimentaire

Écouter /

La situation au Soudan du Sud s'est terriblement dégradée depuis le début du conflit en décembre dernier. Une évaluation conjointe de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM) montre que le nombre de personnes en insécurité alimentaire a triplé dans le pays. Selon les deux agences onusiennes, plus d'un million de personnes sont en situation humanitaire d'urgence et deux millions sont menacées d'insécurité alimentaire cette année.

« C'est-à-dire, ce sont des personnes qui auront besoin d'une aide alimentaire d'urgence le plus vite possible. Il n'y a avait aucune avant le début du conflit », fait remarquer Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM à Genève. Elle rappelle que le « conflit est en train de ruiner les résultats prometteurs notés avant le début des violences en décembre dernier ».

La FAO et le PAM soulignent que la crise a conduit à des déplacements massifs de population, la perte des stocks de nourriture et la perturbation des échanges commerciaux et des voies migratoires qui poussent des millions de personnes dans la famine.

Les Etats les plus touchés par les violences, à savoir Jonglei, Haut-Nil et Unité, sont aussi les plus exposés par cette insécurité alimentaire depuis le début du conflit. Comparées au reste du pays, ces trois provinces ont des niveaux d'insécurité alimentaire les plus graves, mais aussi un déficit céréalier plus dramatique et une dépendance plus importante des marchés pour s'alimenter.

Face à cette situation, le PAM apporte une assistance à près de 2,5 millions de personnes et l'agence onusienne est en train d'augmenter ses opérations à l'intérieur du Soudan du Sud.

(Interview : Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
26/11/2014
Loading the player ...