RCA: l'Experte indépendante dénonce la poursuite des abus en toute impunité

Écouter /

Une déplacée centrafricaine dans une église de Boali, au nord de la RCA : selon une Experte indépendante de l'ONU, les violations des plus atroces continuent de se produire sans aucune forme de justice (©HCR/A.Greco)

La situation des droits de l’Homme en Centrafrique se détériore malgré les efforts déployés par les nouvelles autorités de Bangui et la communauté internationale. Lors de la présentation de son rapport devant le Conseil des droits de l'homme, l'Experte indépendante sur la situation des droits de l’homme en République centrafricaine (RCA) note que « les violations et abus des plus atroces continuent de se produire sans aucune forme de justice ».

Et dans une interview accordée à la Radio des Nations Unies, Marie-Thérèse Keita Bocoum juge « catastrophique » la situation des droits humains en RCA. L'experte ivoirienne qualifie de «calme relatif » la situation sécuritaire « en raison de l'absence de sécurité aussi bien à Bangui qu'à l'intérieur du pays ».

Marie-Thérèse Keita Bocoum a souligné que de nombreuses violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire sont à déplorer à travers le pays.  Concernant l'autorité de l'État, elle a noté sa faiblesse pour protéger les civils.  La priorité doit viser à garantir la sécurité des personnes et des biens.

En l'absence de forces de sécurité et de magistrats, la lutte contre l'impunité stagne.  En outre, de nombreux prévenus de violations des droits de l’homme n'en sont pas les instigateurs, lesquels bénéficient d'une impunité intolérable.  La situation est catastrophique mais pas désespérée si l'on agit vite.

Dans ces conditions, Marie-Thérèse Keita Bocoum invite à œuvrer à la réconciliation intercommunautaire et à la restauration de la paix et de la culture du « vivre ensemble ».

Par ailleurs, elle a averti que sans l'appui de la communauté internationale, les autorités centrafricaines ne seront pas en mesure rétablir la sécurité dans le pays. « Pour éviter le chaos en République centrafricaine et dans la sous-région, on ne peut plus se contenter de mesures cosmétiques et de compter les morts », a conclu l'Experte indépendante sur la situation des droits de l’homme en République centrafricaine.

(Interview : Marie-Thérèse Keita Bocoum, Experte indépendante sur la situation des droits de l’homme en République centrafricaine ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
21/11/2014
Loading the player ...