Programme de développement pour l'après 2015 : les contributions des femmes examinées à l'ONU

Écouter /

Pumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive de ONU-Femmes. Photo : ONU/Eskinder Debebe

Une réunion de Haut niveau, organisé par le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, a débuté jeudi 6 mars à New York sur le thème « Les contributions des femmes, des jeunes et de la société civile au programme de développement pour l'après-2015 ».

Parmi les principaux orateurs, Pumzile Mlambo-Ngcuka, la Directrice exécutive de l'entité « ONU-Femmes », qui, à l'approche de la Journée internationale de la femme, le 8 mars, s'est exprimée entre autres, sur la situation des jeunes femmes dans le monde.

« Les femmes jeunes sont particulièrement importantes pour la Société. C'est grâce à ces jeunes femmes que les populations peuvent se développer. Si on ne protège pas les droits des jeunes femmes et bien les idéaux et les objectifs que nous nous sommes fixés pour 2015 ne pourront pas se réaliser », a-t-elle déclaré.

Pumzile Mlambo-Ngcuka a ajouté que « Les femmes continuent aujourd'hui à être moins bien rémunérées à travail égal. Il y a des législations dans 120 pays qui empêchent les femmes de jouer pleinement leur rôle dans les sociétés, freinant leur accès à l'emploi, au financement à la propriété privée ou à l'entreprenariat ».

Elle a précisé que les femmes sont également touchées de façon disproportionné par le changement climatique, la détérioration de l'environnement et les catastrophes naturelles et sont souvent davantage tributaires des ressources naturelles pour leur survie et leur subsistance.

(Extrait sonore : Pumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive de l'entité « ONU-Femmes »)

Le dernier journal
Le dernier journal
21/10/2014
Loading the player ...