ONU : rapport mitigé du Comité des sanctions sur l'Iran

Écouter /

L'Iran n'a pas répondu à nos requêtes, a déclaré l'actuel Président du Comité de l'ONU chargé du suivi des sanctions sur l’Iran, le Représentant permanent de l'Australie auprès des Nations Unies, Gary Quinlan, en présentant le dernier rapport du Comité devant le Conseil de sécurité au Siège de l'ONU à New York jeudi.

Selon Gary Quinlan, le Comité aurait demandé à deux reprises à l'Iran de fournir des informations en réponse aux constats du Groupe d'experts par rapport au lancement de missiles Shahab 1 et 3 en violation de la résolution 1929 (2010), et à l'envoi d’armes au Yémen qui constituerait probablement une violation de la résolution 1747 (2007).

D'après le Président, le plan de travail du Comité et du Groupe d'experts reste inchangé pour 2014, et les mesures imposées par les résolutions du Conseil restent en vigueur, obligeant les États Membres à les mettre dûment en œuvre.

Gary Quinklan a rapporté que plusieurs États Membres avaient signalé qu'ils renforçaient les sanctions et qu’en ce faisant ils avaient pris de nombreuses mesures pour éviter que les multiples tentatives d'achat de fibre de carbone par l'Iran en 2011 et 2012, de présumées infractions, n'aboutissent.

Lorsque le débat a été ouvert, les membres du Conseil ont rappelé que les sanctions en place demeuraient en vigueur et devaient être vigoureusement appliquées, se référant notamment aux inquétudes soulevées par la cargaison d’armes interceptée à Gaza ce mois-ci, au lancement de “interdit” Grand Prophète 7 missiles en avril 2013 , et à la livraison d’armes ONU : rapport mitigé du Comité des sanctions sur l'Iran

L'Iran n'a pas répondu à nos requêtes, a déclaré l'actuel Président du Comité de l'ONU chargé du suivi des sanctions sur l’Iran, le Représentant permanent de l'Australie auprès des Nations Unies, Gary Quinlan, en présentant le dernier rapport du Comité devant le Conseil de sécurité au Siège de l'ONU à New York ce jeudi.

Selon Gary Quinlan, le Comité aurait demandé à deux reprises à l'Iran de fournir des informations en réponse aux constats du Groupe d'experts par rapport au lancement de missiles Shahab 1 et 3 en violation de la résolution 1929 (2010), et à l'envoi d’armes au Yémen qui constituerait probablement une violation de la résolution 1747 (2007).

D'après le Président, le plan de travail du Comité et du Groupe d'experts reste inchangé pour 2014, et les mesures imposées par les résolutions du Conseil restent en vigueur, obligeant les États Membres à les mettre dûment en œuvre.

Gary Quinlan a rapporté que plusieurs États Membres avaient signalé qu'ils renforcaient les sanctions et qu’en ce faisant ils avaient pris de nombreuses mesures pour éviter que les multiples tentatives d'achat de fibre de carbone par l'Iran en 2011 et 2012, présumées infractions, n'aboutissent.

Lors du débat, les membres du Conseil ont rappelé que les sanctions en place demeuraient en vigueur et devaient être vigoureusement appliquées, se référant notamment aux inquétudes soulevées par la cargaison d’armes interceptée à Gaza ce mois-ci, au lancement “interdit” des missiles Grand Prophète 7 en avril 2013, et à la livraison d’armes interceptée au Yémen.

Plusieurs Membres ont exhorté l’Iran à résoudre les questions en suspens et à préciser si son programme nucléaire avait une dimension militaire.

Alors que plusieurs autres délégués se sont félicités de l'application par l'Iran des accords de garanties constatée dans le récent rapport du Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

Classé sous Conseil de sécurité, L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...