Libye : la violence est en forte hausse, estime Tarek Mitri devant le Conseil de sécurité

Écouter /

 

Tarek Mitri

Le Conseil de sécurité s'est réuni ce lundi 10 mars pour examiner la situation en Libye. Tarek Mitri, le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Libye et Chef de la MANUL, la Mission d'appui de l'ONU dans ce pays, a présenté le rapport de Ban Ki-moon qui donne un aperçu de la situation des droits de l'homme et des activités de la MANUL depuis le 5 septembre 2013.

Ban Ki-moon recommande, dans son rapport, que le Conseil de sécurité renouvelle le mandat de la MANUL pour une nouvelle période de 12 mois.

Le rapport du Secrétaire général des Nations Unies indique que la situation sur le plan de la sécurité s'est encore dégradée pendant la période considérée et peu de progrès ont été accomplis pour intégrer les membres des brigades dans une véritable armée nationale ou dans les forces de police ou pour désarmer les autres groupes armés.

Le maintien en détention de milliers de prisonniers par des groupes armés sur lesquels l'État n'exerce aucun contrôle véritable reste une préoccupation grave en termes de droits de l'homme et d'état de droit. Le Secrétaire général demande à toutes les parties de libérer toutes les personnes encore détenues.

Tarek Mitri a, au début de son intervention, informé le Conseil de sécurité sur le pétrole libyen qui a été chargé le 8 mars dernier dans un navire battant pavillon de la Corée du Nord. Ce chargement a été effectué, selon lui, par des hommes armés qui bloquent depuis plusieurs mois des gisements et terminaux pétroliers dans l'Est de la Lybie. « Cet un acte illégal qui viole la souveraineté de la Lybie sur ses ports et ses ressources naturelles », a-t-il souligné.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...