Journée Zéro Discrimination: promouvoir les droits de chaque personne à vivre dans la dignité

Écouter /

Le Directeur exécutif de l’ONUSIDA, Michel Sidibé, lance la Journée Zéro Discrimination le 27 Février 2014 à Beijing, en Chine. Photo : ONUSIDA

La « Journée Zéro Discrimination », observée à travers le monde le 1er mars, a pour objectif de promouvoir et célébrer les droits de chaque personne à vivre une vie pleine et dans la dignité – quelles que soient son apparence, et son origine ou indépendamment de qui elle aime.

Le symbole pour la discrimination zéro est le papillon, largement reconnu comme un signe de métamorphose, a expliqué l’ONUSIDA dans un communiqué de presse.

« La riposte au sida elle-même a fourni au monde des enseignements considérables en matière de tolérance et de compassion, » a déclaré Michel Sidibé, le Chef de l’ONUSIDA. « Nous savons que le droit à la santé comme le droit à la dignité appartiennent à chaque individu. En travaillant ensemble, nous pouvons nous transformer nous-mêmes, transformer nos communautés et notre monde pour parvenir à zéro discrimination.”

En collaboration avec la lauréate du Prix Nobel de la paix et Ambassadrice mondiale de l’ONUSIDA pour la discrimination zéro, Daw Aung San Suu Kyi du Myanmar, l’ONUSIDA a lancé la campagne zéro discrimination en décembre 2013, à l’occasion de la Journée mondiale contre le sida.

« Les gens qui font preuve de discrimination rétrécissent le monde d’autrui ainsi que leur propre monde, » a déclaré Daw Aung Suu Kyi. « Je crois à un monde où chacun puisse éclore et s’épanouir. »

De nombreuses célébrités internationales ont rejoint l’appel pour la discrimination zéro, enregistré des messages vidéo et pris des photos portant le symbole du papillon. Les personnalités sont notamment l’Ambassadrice itinérante de l’ONUSIDA Annie Lennox, la star internationale du football David Luz, l’actrice et militante Michelle Yeoh et la princesse Stéphanie de Monaco.

Cette première Journée Zéro Discrimination qui se déroule sur fond de la loi anti-homosexuelle qui vient d'être promulguée en Ouganda par le Président Museveni, est l'occasion de revenir sur les effets néfastes d'une telle législation sur les droits des personnes LGBT, comme souligné par la Bureau du Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme.

(Interview: Cecile Pouilly, porte-parole du Bureau du Haut Commissaire de l’ONU aux droits de l'homme; propos recueillis par Cristina Silveiro)

Le dernier journal
Le dernier journal
26/11/2014
Loading the player ...