Journée internationale de la femme : pour que les femmes et les filles réalisent leur potentiel

Écouter /

Plus que jamais la célébration cette année de la Journée internationale de la femme est l'occasion de rappeler à quel point il importe d'établir l'égalité des sexes, non seulement pour des raisons d'équité et de respect des droits de l'homme, mais aussi parce que c'est une condition préalable à la réalisation de bien d'autres objectifs.

Dans le message qu'il a adressé à cette occasion, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon souligne qu'il ne fait pas l'ombre d'un doute que l'égalité entre les femmes et les hommes est un avantage pour tous. Aussi, il y a tout à gagner à voir les femmes et les filles réaliser tout leur potentiel et à être sur un pied d'égalité.

Un thème de la Journée et un message repris par, la Directrice exécutive d'ONU Femmes, qui déclare que l'égalité pour les femmes, c’est le progrès pour toutes et tous. Pour Phumzile Mlambo-Ngcuka, la Journée internationale de la femme est “une journée idéale pour renouveler notre engagement à consentir d’importants efforts afin de promouvoir l’égalité des sexes, tous ensemble, les femmes, les hommes, les jeunes, ainsi que les chefs d’État, religieux et communautaires ou les dirigeants du monde des affaires.”

De nombreux responsables d'agences, fonds et programmes des Nations Unies sont intervenus à l'occasion de la Journée. Ainsi, le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, a fait valoir qu'il faut “renforcer la capacité d'agir des femmes dans l'agriculture” et qu'il “est capital de réduire l’inégalité entre les sexes pour éliminer la faim et développer des systèmes alimentaires plus durables”.

Pour sa part, Ertharin Cousin, la Directrice exécutive du Programme alimentaire mondial est d'avis que “Donner aux femmes le pouvoir de faire des choix sur leur vie est l’une des premières étapes vers un monde avec la faim zéro.”

Autre réaction : celle de la Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur l’extrême pauvreté et les droits humains, Magdalena Sepúlveda, qui estime que l’autonomisation économique des femmes restera un mirage si l'on ignore le travail non rémunéré effectué à la maison “.

De son côté l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) lance aujourd'hui un appel à la communauté internationale pour qu'elle n'oublie pas les femmes migrantes dans ses discussions sur le programme de développement pour l'après-2015.

Parmi les nombreux événements organisés, on retiendra notamment une table ronde pour faire le point sur la situation des femmes au travail organisée ce vendredi par l'OIT, l'Organisation internationale du travail et ouverte par son Directeur général, Guy Ryder. Il y a aussi le Forum organisé à Bangkok par la Commission économique et sociale pour l'Asie et le Pacifique.

Autre initiative : celle du Centre d'information de l'ONU à Beyrouth qui a lancé ce vendredi un partenariat d’un an avec la chaîne de télévision arabe femme, seule station de télévision dans le monde arabe consacrée aux femmes et à leurs questions.

Enfin, à New York, ONU Femmes et d'autres partenaires organisent cet après-midi une marche pour la paix pour éradiquer la violence contre les femmes, à laquelle participeront de nombreuses personnalités dont l'épouse du Secrétaire général de l'ONU, Yoo Soon-taek.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
23/09/2014
Loading the player ...