Italie/Sicile : accélération sans précédent des arrivées de migrants par bateau

Écouter /

Photo : UNHCR

Des milliers de migrants et demandeurs d’asile ont atteint les côtes de la Sicile, en Italie, ces trois derniers jours. 2 307 migrants ont débarqué sur l’île mercredi, 550 sont arrivés jeudi et 1 600 autres sont arrivés ce vendredi. Dix bateaux, soupçonnés de transporter des migrants, ont également été repérés dans le canal de Sicile selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

« Ces bateaux viennent de la Libye. L'OIM a des équipes de travail avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et Save the Children sur l’île dans le cadre du projet Praesidium. Ils sont positionnés à Augusta, Pozzallo et Porto Empedocle pour fournir une assistance et des conseils juridiques aux migrants qui arrivent », a expliqué José Angel Oropeza , Directeur du Bureau de coordination de l’OIM pour la Méditerranée à Rome .

Les migrants sont de divers pays dont l’Érythrée, le Nigeria, la Syrie, le Mali, la Gambie, la Guinée-Bissau et le Sénégal. Parmi eux se trouvent également des familles qui, dans certains cas, ont été accidentellement séparées au cours des opérations de sauvetage. L’OIM et ses partenaires tentent maintenant de les réunir avec la coopération des autorités locales.

Au cours deux premiers mois de l'année, quelque 5 745 migrants irréguliers sont arrivés en Italie en provenance d’Afrique du Nord – une augmentation spectaculaire par rapport aux 500 migrants enregistrés au cours de la même période l’an dernier.

En Octobre 2013, l’Italie a lancé l’opération de sauvetage “Mare Nostrum” visant à secourir les migrants dans le sud de la Méditerranée, avec la participation entre autre de la marine italienne, des armées de terre et de l’air, des services des douanes, des garde-côtes et de la police. Depuis lors, Mare Nostrum a sauvé quelque 10 134 migrants.

« Cette situation montre que les activités de recherche et de sauvetage menées par Mare Nostrum doivent continuer », a souligné José Angel Oropeza. « Mais cela montre également la nécessité d'aider les migrants à arrêter de risquer leur vie en mer avec la création de centres de transit où ils pourraient obtenir des informations sur les risques et les options de migration légale avant de se lancer dans des voyages dangereux. Une autre solution pourrait être de leur permettre de demander l’asile dans les consulats européens avant qu’ils ne montent à bord des bateaux ».

José Angel Oropeza craint que l’instabilité en Libye entraîne un nombre croissant de migrants et de demandeurs d’asile vers l'Italie dans les prochaines semaines. Il a appelé à l’amélioration de la planification d’urgence pour s’assurer que des ressources suffisantes soient déployées pour les recevoir.

(Extrait sonore : Christiane Berthiaume, porte-parole de l'OIM à Genève)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...