FAO: Hausse des incidents liés à la présence de faibles quantités d'OGM dans les importations de produits alimentaires

Écouter /

L’intensification des cultures génétiquement modifiées de par le monde a donné lieu à une augmentation d’incidents liés à la présence d’OGM en faible quantité dans les denrées alimentaires et aliments pour animaux faisant l’objet d’échanges internationaux, a indiqué la FAO aujourd’hui.

Les incidents concernant des cargaisons de grains, céréales et autres espèces cultivées ont entraîné des interruptions des échanges, et les pays importateurs ont détruit ou retourné les cargaisons à l’expéditeur.

Les traces de cultures génétiquement modifiées se mélangent accidentellement avec des cultures alimentaires ou fourragères non OGM durant les phases de production (par exemple, l’essai en plein champ d’une culture OGM à proximité d’un champ sans OGM), de transformation, de conditionnement, de stockage et de transport.

La notion de “faible quantité” n’est définie ni quantifiée par aucune réglementation internationale, et son interprétation est donc laissée à la discrétion des pays. Pour un grand nombre de pays, cela correspond à une quantité décelable, c’est-à-dire des concentrations infimes, tandis que d’autres états s’en remettent au cas par cas.

L’organisme génétiquement modifié peut être autorisé à des fins commerciales ou pour la vente dans un ou plusieurs pays, mais ne pas être autorisé dans un pays importateur. Par conséquent, si le pays d’importation détecte la plante non autorisée, il peut être juridiquement contraint de refuser la cargaison.

Dans la première enquête du genre, 75 Etats membres de la FAO sur 193 ont répondu à un questionnaire sur la présence de faibles quantités d’OGM dans le commerce international de produits destinés à l’alimentation humaine et animale.

Les résultats seront examinés à Rome les 20 et 21 mars, lors d’une consultation technique organisée par la FAO qui a pour but d’analyser l’ampleur et la nature des problèmes occasionnés par les cargaisons contaminées. La réunion se penchera sur les questions commerciales liées à la présence de faibles quantités d’OGM, mais elle n’a pas pour objet de se prononcer sur les avantages et inconvénients des cultures génétiquement modifiées.

(Extrait sonore: Sarah Cahill, responsable de la sécurité alimentaire de la FAO; propos recueillis par  Sandra Ferrari de la FAO)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...