Didier Reynders condamne la violation des droits de l'homme en Ukraine

Écouter /

Le Conseil des droits de l’homme à Genève. Photo: ONU

 A Genève, le dossier ukrainien a été évoqué ce 5 mars au cours des travaux de la 25ème session du Conseil des droits de l'homme, par, entres autres, Didier Reynders, le Vice-Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères, du commerce extérieur et des affaires européennes de la Belgique.

 Didier Reynders a condamné la violation des droits de l’homme en Ukraine, tout en appelant à la création d’une commission d’enquête sur la situation des droits de l’homme dans ce pays.  Pour lui, la sortie de crise ne peut être que politique et pacifique.  Reynders a ensuite observé que certains cherchent à relativiser les droits de l’homme en expliquant qu’ils ne s’ajustent pas à leurs traditions, ou qu’ils correspondent à un agenda occidental.  Pourtant, a-t-il fait observer, il suffit d’écouter les jeunes et moins jeunes dans le monde arabe, en Ukraine, en Iran ou au Myanmar pour réaliser que leurs aspirations, comme la liberté d’expression ou l’émancipation socio-économique sont bien universels. 

Didier Reynders a également estimé que certains cherchent à instrumentaliser les droits de l’homme ou les appliquer de façon sélective, tandis que d’autres les ignorent tout simplement.  Dans tous les cas, ces approches sont inacceptables et doivent être rejetées, car le respect des droits de l’homme n’est pas une option, mais une obligation morale et politique qui s’impose à tous.  Pour lui, le respect des droits de l’homme est un excellent baromètre de l’état de santé d’un État.  Lorsque l’exercice des libertés régresse, la démocratie est en danger, a-t-il dit, appelant par ailleurs les démocraties, même matures, à faire un examen de conscience approfondi. 

(Extrait sonore : Didier Reynders, Vice-Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères, du commerce extérieur et des affaires européennes de la Belgique)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...