Côte d'Ivoire : les associations de victimes soulagé de voir Charles Blé Goudé répondre de ses actes devant la CPI

Écouter /

Après la première comparution, jeudi, à La Haye aux Pays-Bas, de l’Ivoirien Charles Blé Goudé devant un juge de la Cour pénale internationale (CPI), les réactions se poursuivent. Charles Blé Goudé est un proche de l'ancien président Laurent Gbagbo. Il est accusé de crimes contre l'humanité commis pendant les violences post-électorales de 2010-2011 en Côte d'Ivoire, qui ont fait 3.000 morts selon l'ONU.

Sur les ondes d'ONUCI-FM, Issiaka Diaby, le Président du Collectif des associations de victimes de la crise s'est dit soulagé de voir Charles Blé Goudé répondre de ses actes a la CPI. Il a estimé que la recherche de la vérité est nécessaire. Issiaka Diaby a fait valoir que le Collectif souhaite que les victimes de 2002, 2004 et 2005 ne soient pas exclues de la procédure.

 

Devant la juge Silvia Fernandez de Gurmendi, Charles Blé Goudé a clamé son innocence. L'audience de confirmation des charges est prévue pour le lundi 18 août prochain. Au cours de l'audience de première comparution, le juge unique a ainsi vérifié l'identité du suspect et la langue dans laquelle il pourra suivre les procédures. Le suspect a été informé des charges portées à son encontre. Charles Blé Goudé été remis à la CPI par les autorités de la Côte d'Ivoire le 22 mars 2014 en exécution d’un mandat d’arrêt délivré par la CPI le 21 décembre 2011.

Il faut rappeler que le 30 septembre 2013, la Chambre préliminaire I de la CPI a levé les scellés sur un mandat d'arrêt à l'encontre de Charles Blé Goudé, initialement délivré le 21 décembre 2011. Charles Blé Goudé, 42 ans, de nationalité ivoirienne, aurait engagé sa responsabilité pénale individuelle, en tant que coauteur indirect, pour quatre chefs de crimes contre l'humanité (meurtres, viols et autres violences sexuelles, actes de persécution et autres actes inhumains) qui auraient été perpétrés dans le contexte des violences post-électorales survenues sur le territoire de la Côte d'Ivoire entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011.

(Extrait sonore : Issiaka Diaby, Président du Collectif des associations de victimes de la rise ivoirienne; propos recueillis par Delphine Bohews Fean, ONUCI-FM)

 

Issiaka DIABY, président du collectif des victimes de CÔte d’Ivoire.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...