Conseil des droits de l'homme : Richard Falk inquiet de la détérioration de la vie des Palestiniens

Écouter /

Le Conseil des droits de l’homme a examiné, ce lundi matin à Genève le rapport annuel sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, présenté par le Rapporteur spécial chargé de la question. Richard Falk, dont le mandat de six ans se termine cette année, a déclaré que son désir le plus cher aurait été d’annoncer une amélioration du respect par Israël de ses obligations.  «Malheureusement, la réalité est exactement inverse», a-t-il déclaré.  «La vie des Palestiniens sous occupation militaire a continué de se détériorer». Pour M. Falk, la politique israélienne est assimilable à une «forme d’apartheid ».

 

Pour son dernier rapport devant le Conseil des droits de l'homme, le Rapporteur spécial sur la situation des droits humains dans les territoires palestiniens occupés a décrit une  détérioration de « la vie des Palestiniens», mentionnant au passage les conséquences «de l'occupation » israélienne.

Richard Falk cite à cet égard la poursuite de l'expansion en Cisjordanie y compris à Jérusalem-Est,» où le nombre d'unités d'habitation a presque doublé l'année dernière. Dans ces conditions, il considère que l'intégrité territoriale et l'envergure d'un futur État palestinien diminuent régulièrement en tant que perspective réaliste.

Sur ces activités d'expansion de colonies et la démolition des habitations de certaines familles palestiniennes, Richard Falk assimile finalement la politique israélienne à une forme d'apartheid.

Par ailleurs, Richard Falk juge encourageant le fait qu'un nombre croissant de sociétés et d'institutions financières soient de plus en plus conscientes des conséquences d'entretenir des relations commerciales dans les implantations. Il a ainsi réitéré la responsabilité éventuelle des entreprises qui feraient du business dans certaines colonies.

Il faut juste signaler qu'Israël n'a pas participé à cette dernière présentation Richard Falk dont le mandat de Rapporteur spécial expire lors de cette présente session. M. Falk a donc souhaité que son successeur bénéficie à la fois du soutien du Conseil et de la collaboration d’Israël.  Il appelé le Conseil et le Haut-Commissariat à se montrer vigilants pour que le prochain Rapporteur spécial, ainsi que tout autre rapporteur, soit protégé du harcèlement d’organisations non gouvernementales qui abusent de leur accès au Conseil en se lançant dans des attaques personnelles diffamatoires et blessantes.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève, pour la Radio des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...