Condition de la femme : Mervat Tallawy souligne le rôle capital des conférences de Beijing et du Caire

Écouter /

La 58ème Commission de la condition de la femme vient de passer en revue les résultats obtenus et les difficultés rencontrées par les pays dans la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) en faveur des femmes et des filles, notamment dans les domaines de l'éducation, de la santé et de l'emploi, mais également fait part de leurs positions sur les tendances et approches novatrices des problèmes ayant des répercussions négatives sur la situation des femmes ou sur l'égalité entre les sexes, en particulier l'accès des femmes aux ressources productives.

Les lois discriminatoires et les inégalités entre les hommes et les femmes constituent un obstacle important au développement durable et à une croissance économique sans exclusion. C'est pourquoi il est primordial que le futur programme de développement pour l'après-2015 soit établi sur la base des enseignements tirés des Objectifs du Millénaire pour le développement.

Les engagements pris au Caire et à Beijing doivent être respectés par les États Membres car, ont rappelé plusieurs orateurs, l'autonomisation des femmes est essentielle pour assurer le succès des efforts de développement. L'ensemble des États Membres, qui sont intervenus aujourd'hui, ont estimé qu'il était nécessaire de définir un objectif spécifique à l'égalité entre les sexes dans le futur cadre de développement qui couvre à la fois l'autonomisation économique des femmes, la lutte contre la violence dont elles sont souvent la cible et leur participation plus active à la vie publique et politique et à des postes de direction, tant dans le secteur public que dans le secteur privé. Cet objectif devrait également servir d'indicateur pour d'autres objectifs.

Parmi les nombreux intervenants de haut niveau, Mervat Tallawy, ancienne ministre des affaires sociales et Présidente du Conseil national des femmes de l'Égypte, a regretté que ce soient des hommes qui président la Commission de la condition de la femme et les deux tables rondes d'hier, un commentaire qui a été accueilli par des applaudissements. Elle a rappelé que la Conférence internationale sur la population et le développement qui s'était tenue au Caire en 1994 et le Programme d'action de Beijing adopté en 1995 avaient contribué à améliorer les conditions de vie des populations et, notamment, des femmes dans le monde. Grâce aux OMD, l'Égypte a pu réduire la pauvreté et la mortalité maternelle et infantile dans certaines régions du pays, a-t-elle indiqué.

Mervat Tallawy a estimé que lors de l'élaboration du programme de développement pour l'après-2015, il faudrait prendre en compte les défis qui entravent la réalisation des OMD. La représentante s'est ainsi élevée contre ceux qui utilisent le prétexte de la lutte contre le terrorisme pour s'ingérer dans les affaires intérieures de certains États.

L'ancienne Secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie occidentale (CESAO) a aussi rappelé que les crises de certains pays développés avaient entraîné l'effondrement des marchés internationaux, faisant ainsi obstacle aux efforts entrepris par les pays en développement. Elle a en outre regretté que les sanctions économiques fassent obstacle au développement des pays concernés et, parfois même, à des pays tiers. Mervat Tallawy a enfin rappelé qu'au cours des deux révolutions qui ont eu lieu en Égypte en moins de trois ans, les femmes avaient été en ligne de front.

(Extrait sonore : Mevat Tallawy, Présidente du Conseil national des femmes de l'Égypte; propos recueillis par Stéphanie Coutrix)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...