Commission de la condition de la femme : Ban rappelle l’importance de l’égalité des sexes

Écouter /

L’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes sont des domaines prioritaires pour le Secrétaire général des Nations Unies et des éléments indispensables pour la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement, a déclaré lundi Ban Ki-moon à l’occasion de l'ouverture de la 58ème session de la Commission de la condition de la femme au Siège des Nations Unies à New York.

« De plus en plus de filles vont à l’école, mais la fin de la disparité entre les sexes à tous les niveaux de l’éducation est encore loin. L’écart des rémunérations est particulièrement élevé surtout en milieu rural et pour les personnes handicapées, les peuples autochtones et autres groupes marginalisés. Nous devons nous focaliser sur une éducation de qualité pour préparer les filles à intégrer le marché du travail du 21ème siècle », a affirmé le Secrétaire général.

Les femmes demeurent sous-représentées parmi les dirigeants d’entreprise en dépit des recherches qui ont montré que les sociétés ayant des femmes comme dirigeantes sont plus performantes. De même, les pays avec plus de parité hommes-femmes ont une meilleure croissance économique.

« Nous avons besoin de prendre des mesures pour promouvoir les talents, les compétences, et l’énergie des femmes, aussi bien dans les usines que dans les conseils d’administration. Nous avons aussi besoin de plus de femmes dans les gouvernements », a souligné Ban Ki-moon en ajoutant que la part des femmes dans les parlements nationaux a augmenté dans certaines régions du monde mais que de profondes inégalités persistent à tous les niveaux de représentation.

« Ici à l’ONU, je me suis engagé en faveur de l’égalité des sexes et la promotion des femmes à des postes de responsabilité », a-t-il ajouté. Actuellement, les femmes occupent des postes de responsabilité dans les départements et agences spécialisées dans le développement, les droits de l’homme, l’humanitaire, et elles dirigent des missions de désarmement, de maintien de la paix et de consolidation de la paix.

Plusieurs femmes sont à la tête de ces départements et agences, tels que la Cheffe de cabinet du Secrétaire général, la Cheffe du Programme alimentaire mondial (PAM) et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), la Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), la Cheffe de la Mission conjointe de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) et de l’ONU chargée de l’élimination des armes chimiques de Syrie, et la Directrice exécutive d’ONU-Femmes.

« Nous avons aussi au moins cinq femmes Représentantes spéciales qui commandent des opérations de maintien de la paix au Soudan du Sud, en Côte d’Ivoire, au Liberia, à Chypre, et en Haïti », a rappelé le Secrétaire général.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...