Cameroun : le HCR préoccupé par la situation sanitaire alarmante des réfugiés centrafricains

Écouter /

Un de ces nombreux enfants centrafricains souffrant de malnutrition qui arrivent au Cameroun (photo : HCR/ D.Mbaiorem).

Le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) et ses partenaires ont décuplé leurs efforts humanitaires face au nombre croissant de réfugiés centrafricains qui arrivent au Cameroun dans des conditions très difficiles. En raison de la difficulté de leur périple en brousse, ces derniers arrivent souvent épuisés et morts de faim.

La plupart des nouveaux arrivants ont vécu des semaines dans la brousse sans avoir accès à l’eau et une nourriture suffisante. Ils ont parfois marché de longues distances pour atteindre des lieux sûrs de l’est du Cameroun. Le HCR estime que 80% de ces réfugiés souffrent de maladies graves telles que le paludisme, la diarrhée, l’anémie et les infections respiratoires, tandis que plus de 20 % des enfants souffrent de malnutrition sévère.

Beaucoup de familles ont perdu des proches à cause de la faim le long du chemin ou juste après leur arrivée Cameroun.  Entre janvier et février, seize réfugiés sont morts après leur arrivée au Cameroun, dont six de malnutrition sévère. Leur situation était très désespérante pour qu'ils puissent être sauvés malgré le traitement d’urgence reçu dans les hôpitaux locaux.

Trente-trois enfants sont aussi morts à Kenzou, selon l’un des leaders de la communauté des 9.000 Tchadiens qui ont dû fuir de la RCA. Vingt des morts étaient des Tchadiens, alors que l’identité des 13 autres n’a pu être déterminée.

Selon le HCR, les réfugiés ont été également traumatisés par les horreurs qu’ils ont vécues dans le nord-ouest de la République centrafricaine, où des milices anti-Balaka ont ciblé des musulmans dans des attaques de représailles. « Un réfugié a ainsi rapporté aux équipes du HCR qu'il n'avait plus envie de manger de la viande après avoir été le témoin d'une scène où quelqu'un a été tué avant d'être découpé en morceaux ».

Avant la crise actuelle, le Cameroun hébergeait déjà près de 92 000 réfugiés centrafricains qui ont commencé à arriver dans ce pays en 2004 pour échapper à des groupes rebelles mais aussi à bandits sévissant dans le nord de la RCA.

(Extrait sonore : Fatoumata Lejeune-Kaba, porte-parole du HCR à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
19/09/2014
Loading the player ...