Afrique : l'incontournable partenariat de la FAO avec la société civile

Écouter /

A Tunis, la 28ème Conférence régionale de la FAO pour l’Afrique poursuit ses travaux, en soulignant le rôle majeur de la société civile et ce alors que 2014 est l'Année internationale de l'agriculture familiale.

L'Année internationale de l'agriculture familiale a été lancée dans le cadre d'une campagne mondiale visant à rehausser l'image de l'agriculture familiale et à soutenir les petits exploitants agricoles du monde entier. L'action de la société civile, en particulier du Forum Rural Mondial, a contribué à mettre l'accent sur l'importance de l'agriculture familiale. Selon la FAO, l'agriculture familiale apporte une contribution significative à la lutte contre la faim et la malnutrition. Dans les pays développés comme en développement, l'agriculture familiale est la principale forme d'agriculture.

L’Afrique affiche depuis 1999 une croissance économique soutenue, accompagnée d’indicateurs améliorés de gouvernance et de développement humain. A l’heure actuelle, sept économies à plus forte croissance du monde sur dix sont situées en Afrique, et le Fonds monétaire international estime que la croissance économique de l’Afrique subsaharienne sera de 6,1 pour cent en 2014.

En 2000-2010, le PIB annuel total de l’Afrique a progressé en moyenne de 4,8 pour cent, contre 2,1 pour cent durant la décennie précédente. Parallèlement, les taux de croissance du PIB agricole pendant les mêmes périodes étaient respectivement de 3,2 pour cent et 3 pour cent.

Le continent a remporté une série de succès dans divers domaines de l’agriculture, à savoir: intensification de la production d’aliments de base, variétés améliorées de bananes en Afrique orientale et centrale, variétés de maïs à haut rendement en Afrique orientale et australe, et gains de productivité dans la culture du coton au Burkina Faso et au Mali, et dans la théiculture et la floriculture en Afrique de l’Est.

“La question est de savoir comment les dirigeants africains peuvent tirer parti de ces acquis en élaborant des politiques agricoles et fiscales stables encourageant l’investissement, conformément aux engagements pris dans la Déclaration de Maputo il y a 10 ans, et en renforçant les mécanismes de gouvernance et de responsabilité qui contribuent à une mise en œuvre plus systémique des politiques et programmes”, a déclaré Bukar Tijani, Sous-Directeur général de la FAO et Représentant régional pour l’Afrique.

“Ces actions sont déterminantes pour enclencher la transformation des capacités nationales pour une croissance et un développement agricoles soutenus et à grande échelle”.

La Conférence régionale de la FAO pour l’Afrique se déroule du 24 au 28 mars dans la capitale tunisienne. Au total, 54 Etats membres africains y participeront, dont trente seront représentés à l’échelon ministériel. Par ailleurs, plusieurs pays (Autriche, Chine, Espagne, États-Unis, France, Italie, Inde, Pays-Bas, République dominicaine, Royaume-Uni, Suède, Suisse, ainsi que le Saint-Siège seront présents en qualité d’observateurs.

(Interview : Ibrahim Coulibaly, ambassadeur spécial pour l’année internationale de l’agriculture familiale; propos recueillis par Liliane Kambirigi de la FAO)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...