Ukraine : Ban Ki-moon demande la mise en œuvre rapide de l’accord de sortie de crise

Écouter /

Le Secrétaire général de l'ONU a exhorté Viktor Ianoukovitch à mettre en œuvre pleinement et dans le plus bref délai l'accord de sortie de crise que l'actuel président du pays et les trois principaux membres de l'opposition ont signé ce vendredi 21 février à Kiev, en Ukraine.

L'accord prévoit notamment l’organisation d’une élection présidentielle anticipée, un gouvernement d'union nationale ainsi qu'un retour à la constitution de 2004, limitant les pouvoirs du président.

L’Ukraine pourrait ainsi en finir avec les violences, qui ont fait des dizaines de morts au cours de cette semaine.

Les violences en Ukraine ont inquiété plusieurs instances onusiennes.

Ban Ki-moon, a exprimé jeudi sa très grande préoccupation concernant l’escalade de la violence dans le pays qui a causé la mort de plusieurs dizaines de personnes mercredi et jeudi dans à Kiev, la capitale. Il a invité les parties en présence à reprendre immédiatement un véritable dialogue afin trouver une solution à la crise politique, sécuritaire et économique, tout en affirmant que l’ONU se tenait prête à soutenir les Ukrainiens pour la résoudre.

Navi Pillay a appelé les Ukrainiens à la retenue et à ce qu'une enquête soit menée sur les morts, disparitions et violations des droits de l'homme. Bien que la Haut Commissaire aux droits de l'homme reconnaisse la position difficile dans laquelle se trouve le gouvernement, certains manifestants ayant lancé des cocktails Molotov et blessés environ 70 policiers, rien, selon elle, ne justifie les exactions y compris contre 47 journalistes.

De son côté, l'UNICEF a exprimé sa préoccupation concernant l’impact de la violence en Ukraine sur les enfants et leurs familles, signalant notamment le risque des séquelles du traumatisme d’avoir été exposés à cette violence, le risque de séparation avec leurs parents dans des situations chaotiques et l’interruption des services de base, les écoles ayant été fermées et les centres de santé rendus difficilement accessibles dans certaines zones affectées par la violence.

De son côté, la Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a dénoncé le meurtre d’un journaliste à Kiev. Elle a appelé au respect du droit des professionnels des médias à couvrir l’actualité, même lors de troubles civils.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...