Syrie : la France propose un projet de résolution pour faciliter l'accès humanitaire

Écouter /

A l'issue de consultations du Conseil de sécurité, le Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies, Gérard Araud, s'est adressé mardi soir aux correspondants de la presse internationale à New York.

Le diplomate a indiqué, qu'après l'annonce faite le jour-même par le Président de la République française, François Hollande, à Washington, et confirmée par le Ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, la France avait présenté mardi, à huis clos, un texte de résolution sur l'accès humanitaire en Syrie aux quinze membres du Conseil de sécurité.

Gérard Araud a rappelé que le 2 octobre, le Conseil de sécurité avait adopté une déclaration appelant les parties, en premier lieu le régime, à prendre une série de mesures concrètes pour faciliter l'accès humanitaire en Syrie. Or, force est de constater que quatre mois après cette décision du Conseil de sécurité, la situation sur le terrain a continué à se dégrader. Toutes les statistiques sont tragiques. Selon lui, l'on fait sans doute face à la crise humanitaire la plus grave depuis le génocide rwandais en 1994. Trois millions de Syriens n'ont qu'un accès limité à l'aide humanitaire, 250 000 sont bloqués dans des zones assiégées.

Gérard Araud a déploré que la famine soit utilisée comme une arme de guerre par le régime syrien. Depuis plusieurs mois, le régime bombarde avec acharnement et sans discrimination la ville d'Alep. C'est dans ce contexte que nous avons présenté un projet de résolution.

“C'est une résolution modérée qui demande simplement la fin des sièges des villes où les civils sont bloqués ; la fin des bombardements indiscriminés par le régime syrien ; la démilitarisation des hôpitaux, des écoles, et de toutes les infrastructures civiles ; des pauses humanitaires et l'autorisation d'accès de l'aide humanitaire à travers les frontières de la Syrie.

Il n'y a donc aucune raison politique de s'y opposer, et comme le Président de la République française l'a déclaré ce matin, nous sommes déterminés à aller jusqu'au bout”, a-t-il déclaré.

En réponse à la question d'une journaliste, Gérard Araud, a fait observer que le Représentant permanent de la Russie, Vitaly Churkin a dit qu'il n'était pas fermé à l'hypothèse d'une résolution. “Il a dit évidemment que le texte qui lui était présenté n'était pas un texte acceptable pour lui”, a déclaré l'Ambassadeur français, avant d'ajouter : ” Nous allons voir comment la réunion se passe au niveau des experts. A la fin, chaque pays devra prendre ses responsabilités sur la base de ses principes. Mais les principes, me semble-t-il, sont simples dans cette occasion étant donné la tragédie humanitaire que connait le pays”.

(Extrait sonore : Gérard Araud, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...