Le HCR contre le retour forcé dans leur pays des réfugiés Sud-Soudanais

Écouter /

Population déplacée au Soudan du Sud

Alors que le deuxième volet des pourparlers entre les leaders du Soudan du Sud se poursuit sous l'égide de l'Autorité intergouvernementale sur le développement (IGAD), le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a publié jeudi 13 février, un avis de non-retour pour les Sud-Soudanais qui fuient le conflit qui sévit dans leur pays depuis la mi-décembre, tant que perdure la violence. 

A ce jour, près de 740.000  personnes ont quitté leurs domiciles et se trouvent déplacées à l'intérieur du Soudan du Sud, dont 60%  se sont refugiées dans ou autour des bases onusiennes dans le pays.  Environ 130.400 personnes se sont exilées dans les pays voisins, notamment en l'Éthiopie, au Kenya, au Soudan et en l'Ouganda.

Le HCR se félicite de la décision de la plupart des gouvernements de la région à reconnaître les personnes qui ont fui le Soudan du Sud comme des réfugiés ainsi que leur intervention et leur coopération avec le HCR et d’autres acteurs humanitaires généreux. L'Agence onusienne encourage les autres pays à faire de même et à faciliter l’accès humanitaire et la livraison de l'aide.

Compte tenu de la persistance de la violence, les lignes directrices du HCR indiquent que les personnes qui fuient le Soudan du Sud sont susceptibles de remplir les critères d’admission au statut de réfugié en vertu de la Convention de 1951, ou de la Convention de l’Organisation de l'Unité africaine (OUA) de 1969. L’OUA, est l’institution continentale qui a été  rebaptisée l’Union africaine.

Le HCR recommande donc que les États ne renvoient pas des ressortissants ou des résidents du Soudan du Sud dans leur pays, sauf les cas qui concernent des personnes qui ont commis de graves violations des droits de l’homme.

L'avis du HCR contre les retours forcés au Soudan du Sud demeure en vigueur jusqu’à ce que la sécurité, la primauté du droit et les conditions des droits humains s'améliorent suffisamment pour permettre des retours sûrs et dignes.

(Interview : Fatoumata Lejeune-Kaba, porte-parole du HCR à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...