“Kwibuka 20″ : l’ONU lance la commémoration des 20 ans du génocide au Rwanda

Écouter /

Lors du lancement ce au Siège de l’ONU à New York des discussions “Kwibuka 20″ qui ont pour objectif de marquer les 20 ans depuis le génocide au Rwanda, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a estimé que l’ONU avait retenu d’importantes leçons de l’incapacité de la communauté internationale à réagir face à ce génocide en 1994.

« Nous nous souviendrons toujours des 800.000 innocents qui ont été brutalement assassinés », a dit M. Ban lors du lancement à New York de cette manifestation intitulée ‘Kwibuka 20′ et ayant pour thème ‘Souvenir, Unité, Renouveau’. « Le génocide rwandais a été un échec historique de la communauté internationale qui n’a pas réagi face aux crimes commis. »

Le Secrétaire général a souligné que l’ONU avait retenu toute une série de leçons de cet échec et qu’elle avait amélioré sa capacité à réagir depuis lors.

« Les Etats membres ont adopté la ‘responsabilité de protéger’. Nous avons établi le Bureau des Nations Unies du Conseiller spécial sur la prévention du génocide », a-t-il noté. « Nous avons renforcé nos capacités en matière de médiation et de diplomatie préventive. Nous avons aussi entrepris de nouveaux efforts pour protéger les civils sur le terrain, notamment récemment la politique de ‘portes ouvertes’ au Soudan du Sud. »

Ban Ki-moon a également souligné les activités de la Cour pénale internationale, des tribunaux internationaux et des tribunaux nationaux. « Le Tribunal pénal international pour le Rwanda, avec la coopération du Rwanda et d’autres Etats, continue de poursuivre des gens pour leur responsabilité présumée dans le génocide », a-t-il dit.

Ban Ki-moon a encouragé le peuple et le gouvernement du Rwanda à continuer de promouvoir l’esprit d’ouverture nécessaire pour la guérison et la réconciliation et à approfondir le respect pour les droits de l’homme.

Le Secrétaire général a toutefois estimé qu’il y avait encore beaucoup à faire pour pleinement intégrer et mettre en œuvre les leçons tirées de l’échec de la communauté internationale au Rwanda.

Il a notamment cité l’incapacité collective à empêcher les atrocités en Syrie au cours des trois dernières années.

Parmi les intervenants au lancement de Kwibuka 20 à l’ONU se trouvait Immaculée Illibagiza, une survivante rwandaise qui se voue à la transimission de l’amour et de l’entente, l’occasion pour la Radio des  Nations Unies de lui tendre le micro.

(Inteview:  Immaculée Illibagiza, survivante du génocide rwandais; propos recueillis par Cristina Silveiro)

Le dernier journal
Le dernier journal
22/09/2014
Loading the player ...