FAO : la pisciculture assurera près des deux tiers de la production mondiale de poisson d’ici 2030

Écouter /

Dans un rapport publié mercredi, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) affirme que l’aquaculture, ou pisciculture, assurera près des deux tiers de la production mondiale de poisson destiné à l’alimentation d’ici 2030, compte tenu de la stabilisation des prises de poissons sauvages et de la demande croissante d’une classe moyenne émergente à l’échelle mondiale, et plus particulièrement en Chine.

L’étude, établie en collaboration entre la Banque mondiale et l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI), souligne l’ampleur des flux commerciaux de produits de la pêche des pays en développement vers les pays développés.

Selon la FAO, actuellement 38% de tout le poisson produit fait l’objet d’échanges internationaux, et plus des deux tiers en valeur des exportations de produits halieutiques des pays en développement sont destinés aux pays développés. La Chine occupe une place primordiale et croissante avec 38% de la consommation mondiale de poisson projetée en 2030. Comme de nombreuses autres nations, elle renforce ses investissements dans l’aquaculture pour satisfaire cette demande en pleine expansion.

L’Asie – en particulier l’Asie du Sud, l’Asie du Sud-Est, la Chine et le Japon – devrait représenter 70% de la consommation mondiale de poisson d’ici 2030. L’Afrique subsaharienne, en revanche, devrait voir sa consommation de poisson par habitant fléchir de 1% par an de 2010 à 2030 mais, compte tenu de la croissance démographique rapide de 2,3% durant la même période, la consommation totale de poisson de la région progressera de 30%.

Selon le rapport, l’aquaculture assurera 62% de la production de poisson destiné à la consommation d’ici 2030 avec, en tête, le tilapia, la carpe et le poisson-chat. La production mondiale de tilapia devrait pratiquement doubler, passant de 4,3 à 7,3 millions de tonnes annuelles de 2010 à 2030.

Le Sous-Directeur général de la FAO chargé du Département des pêches et de l’aquaculture, Árni Mathiesen, a souligné que libérer le potentiel de l’aquaculture pourrait avoir des effets durables et positifs.

« Avec une population mondiale qui devrait atteindre les 9 milliards d’habitants d’ici 2050 – en particulier dans les régions souffrant de taux élevés d’insécurité alimentaire – l’aquaculture peut apporter une contribution significative à la sécurité alimentaire mondiale et à la croissance économique, à condition que son essor se fasse dans une optique éco-responsable », a-t-il affirmé.

Les pêches et l’aquaculture sont une source vitale d’emplois, d’aliments nutritifs et d’opportunités économiques, en particulier pour les petites communautés de pêcheurs. Celles-ci pourraient néanmoins pâtir des risques d’épidémie à grande échelle dans l’aquaculture et des impacts du changement climatique.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
30/09/2014
Loading the player ...