Corée du Nord : Ban Ki-moon encourage les autorités à améliorer les droits de l’homme

Écouter /

Le Secrétaire général Ban Ki-moon annonce que la conférence sur la Syrie se tiendra à Genève le 22 Janvier 2014. Photo : ONU/Eskinder Debebe

Au lendemain de la publication d’un rapport de l’ONU sur les atrocités commises en République populaire démocratique du Congo (RPDC), le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a encouragé les autorités de ce pays à développer des contacts avec la communauté internationale pour améliorer les droits de l’homme.

« Le Secrétaire général reste très préoccupé par la situation humanitaire et en matière de droits de l’homme en République populaire démocratique de Corée (RPDC) », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse. « Il est très perturbé par les conclusions de la Commission d’enquête sur les droits de l’homme en RPDC. »

Ban Ki-moon a noté la nature indépendante de la Commission, qui a été établie par le Conseil des droits de l’homme et est présidée par Michael Kirby. Il a salué le travail effectué.

« Le Secrétaire général souhaite que le rapport contribue à accroître la prise de conscience internationale concernant les graves violations des droits de l’homme en RPDC », a ajouté son porte-parole. « Il encourage les autorités de RPDC à développer des contacts avec la communauté internationale pour améliorer les droits de l’homme et les conditions de vie de sa population. Le Secrétaire général réaffirme sa forte détermination à aider la RPDC à cette fin. »

De son côté, la Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a également salué mardi le rapport publié lundi par la Commission d’enquête des Nations Unies sur les droits de l’homme en RPDC.

« Il faut considérer de manière urgente les conclusions de ce rapport qui indiquent que des crimes contre l’humanité d’une ampleur inimaginable continuent d’être commis en RPDC », a dit Navi Pillay dans une déclaration à la presse.

Selon elle, « il n’y a plus d’excuses à l’inaction » maintenant que ce « rapport historique » a été publié.

« J’appelle la communauté internationale, conformément aux recommandations du rapport, à utiliser tous les mécanismes à sa disposition pour garantir que les responsables rendent des comptes, y compris la saisine de la Cour pénale internationale », a dit la Haut Commissaire aux droits de l’homme.

La Commission d’enquête doit formellement présenter son rapport aux 47 États Membres du Conseil des droits de l’homme le 17 mars 2014 à Genève.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...