Yémen : le Conseil de sécurité autorise des sanctions contre ceux qui menacent la paix

Écouter /

Gérard Araud. Photo : ONU/Amanda Voisard

Le Conseil de sécurité a adopté mercredi 26 février à l'unanimité, une résolution qui réaffirme l'importance d’engager rapidement et intégralement la transition politique suite à la Conférence du dialogue national sans exclusive. Cette résolution autorise des sanctions contre les individus et organisations menaçant la paix, la sécurité ou la stabilité du Yémen.

Le Conseil se félicite des progrès accomplis pour la tenue rapide d'élections générales, à l'issue desquelles le Président Hadi achèverait son mandat actuel et le Président élu prendrait ses fonctions.

La résolution prévoit un gel des avoirs et une interdiction de voyager pour ces individus et entités. Elle établit un comité qui sera chargé de décider qui sera visé par ces sanctions et de surveiller leur mise en œuvre. Elle crée aussi un groupe de quatre experts chargés d’aider le comité à s’acquitter de son mandat.

Dans sa résolution, le Conseil de sécurité se félicite des progrès accomplis récemment sur le plan de la transition politique et se dit fermement en faveur de la mise en œuvre des prochaines étapes de cette transition, en particulier la rédaction d’une nouvelle constitution, la tenue d’un référendum sur le projet de constitution et la tenue rapide d’élections générales.

Le Conseil « demande à tous les Yéménites de respecter pleinement le déroulement de la transition politique et d’adhérer aux valeurs de cet accord. »

Les membres du Conseil de sécurité condamnent également « les attaques de plus en plus nombreuses menées ou commanditées par Al-Qaïda dans la péninsule arabique. » Ils encouragent aussi « la communauté internationale à continuer d’apporter une assistance humanitaire au Yémen ».

Le Conseiller spécial du Secrétaire général des Nations Unies sur le Yémen, Jamal Benomar, a salué l’adoption de cette résolution. Il a rappelé « les progrès remarquables » réalisés par les Yéménites dans le cadre de la transition politique mais a estimé que malgré ces progrès, il y avait « une tendance systématique à l’obstruction. »

(Extrait sonore : Ambassadeur Gérard Arau, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies)

Le dernier journal
Le dernier journal
31/10/2014
Loading the player ...