Afghanistan / ONU : le nombre de civils tués dans le conflit est à la hausse

Écouter /

Le nombre de victimes civiles du conflit armé en Afghanistan a augmenté de 14% en 2013 par rapport à 2012. Ainsi, l’année écoulée a connu le pire bilan depuis 2009 en terme de femmes et d'enfants tués, indique le nouveau rapport de la Mission des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), publié ce week-end.

Le rapport annuel 2013 sur la protection des civils dans les conflits armés fait état de 8.615 victimes civiles, dont 2.959 morts et 5.656 blessés. Cela représente une augmentation de 7% du nombre de décès et 17% des blessés par rapport à 2012. Depuis 2009, le conflit armé a coûté la vie à 14.064 civils afghans et a blessé des milliers d’autres.

« Les civils afghans ont payé le prix fort du conflit armé en 2013 », a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afghanistan et chef de la MANUA, Jan Kubis, lors d’une conférence de presse dans la capitale, Kaboul, en ajoutant que la « grande majorité » des décès de civils est due à des actions de groupes armés opposés au gouvernement, dont les Talibans.

Il y a également eu plus de civils tués ou blessés suite à des affrontements direct entre les groupes armés opposés au gouvernement et les Forces de sécurité nationales afghanes (FSNA), a expliqué Jan Kubis.

Le rapport attribue 74% des victimes, morts ou blessés, à des groupes armés opposés au gouvernement et 11% aux forces pro-gouvernementales, (dont 8% pour les FSNA et 3% pour les forces internationales). Les affrontements directs entre les parties en conflit sont responsables de 10% des victimes et 5% des victimes ont été tuées ou blessées par des mines, et engins explosifs.

Le rapport a également constaté que 2013 a été la pire année pour les femmes et les enfants afghans. 235 femmes ont été tuées et 511 blessées, soit une augmentation de 36% comparé à 2012. Pour ce qui est des enfants,  561 ont été tués et 1.195 blessés en 2013, soit une augmentation de 34% par rapport à l’année précédente.

« La terrible réalité c’est que la plupart des femmes et des enfants ont été tués et blessés à la maison, sur le chemin de l’école, ou en travaillant dans les champs », a déclaré la chargée des questions des droits de l’homme de la MANUA, Georgette Gagnon, qui trouve « particulièrement inquiétant » que le nombre de femmes et d’enfants tués ou blessés dans le conflit ait encore augmenté en 2013.

« Cette situation exige un engagement renforcé et de nouveaux efforts par les parties prenantes pour protéger les femmes et les enfants contre la violence liée au conflit », a-t-elle ajouté.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

 

Classé sous L'info, Maintien de la paix.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...