Soudan du Sud : Navi Pillay craint des exactions à Bentiu

Écouter /

Des civils déplacés cherchent refuge à proximité de la base de la mission de l’ONU à Bor au Soudan du Sud. Photo ONU/Hailemichael Gebrekrstos

Malgré l'accalmie à Juba, la situation demeure extrêmement volatile dans le reste du Soudan du Sud. Selon le Haut Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU (BHCDH), des échanges de tirs sporadiques  sont rapportés entre des éléments armés, forçant ainsi les civils à se réfugier dans les installations des Nations Unies ou dans des institutions religieuses.

La Division des droits de l'homme de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) enquête sur des allégations de violations des droits de l’homme à Juba et d’autres villes de l'intérieur qui ont été touchées par les combats entre les forces anti et pro-gouvernementales. Selon la porte-parole du BHCDH, des exécutions extra judiciaires sont perpétrées dans la ville de Bentiu. « Malheureusement, la situation est tellement compliquée que la présence de nos équipes est très limitée. Donc, nous avons pour le moment des difficultés de documenter plus précisément ce qui s'y passe », fait remarquer Cécile Pouilly.

Mais pour la porte-parole du Haut Commissariat, il est très important que leurs équipes aient le plus vite possible accès aux villes touchées par les violences pour documenter les abus des droits humains afin que les auteurs répondent de leurs actes.

Depuis près de trois semaines, il n'y a pas eu de combats à Juba, mais des  violations de droits humains se poursuivent dans la capitale sud-soudanaise. En dehors de la capitale, des contraintes sécuritaires graves ont parfois limité l’accès des équipes de la MINUSS à des endroits importants, comme la ville de Bor, qui a déjà changé de mains à trois reprises depuis le début du conflit.

Le Haut Commissariat aux droits de l'homme rappelle aussi qu'à Malakal, de violents affrontements ont opposé des forces anti et pro-gouvernementales ces dernières semaines. À Bentiu, dans l’État de l’Unité, les combats se poursuivent et la ville a été le théâtre de violations des droits de l’homme.

Dans ces conditions, la Haut-Commissaire aux droits de l'homme lance à toutes les parties un appel à la retenue non sans rappeler leur responsabilité de protéger les civils et le respect des vies innocentes humaines. Les services de Navi Pillay se félicitent des engagements pris récemment au haut niveau pour enquêter sur ces violations graves des droits de l’homme et d’établir qui est responsable des atrocités au Soudan du Sud, comme l’a d'ailleurs demandé l’Union africaine. Selon le Haut Commissariat, ces enquêtes doivent être menées dès que possible, conformément aux normes acceptées au niveau international, notamment les principes d’objectivité, de transparence et une procédure équitable.

(Extrait sonore : Cécile Pouilly, porte-parole du Haut Commissariat aux droits de l'homme de l'ONU ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
17/09/2014
Loading the player ...