République centrafricaine : le manque de fonds risque d'handicaper fortement l'action du PAM

Écouter /

Photo : WFP/Djaounsede Pardon Madjiangar

Le Programme alimentaire mondial (PAM) annonce qu'il a fourni en République centrafricaine (RCA) une aide alimentaire à 220 000 personnes déplacées depuis le début de l’année dans la capitale Bangui et les villes de Bouar et Bossangoa, en dépit de la violence permanente. Le Programme a aussi commencé à atteindre les personnes vulnérables dans les zones rurales à l’extérieur de Bossangoa.

Or, comme l'a souligné sa porte-parole, Élisabeth Byrs, devant les journalistes à Genève, le Programme n'a reçu à ce jour que 14% de l’appel de 107 millions de dollars pour l’opération d’urgence en RCA qui s'étend de janvier à août 2014. Le PAM a besoin de toute urgence de 95 millions de dollars pour distribuer immédiatement une aide alimentaire vitale et pré-positionner des stocks alimentaires avant les pluies qui commencent en avril et rendent les routes impraticables.

Le PAM se réjouit des promesses de 200 millions de dollars faites à Bruxelles le 20 janvier par les bailleurs de fonds internationaux pour répondre aux besoins humanitaires immédiats. Le Programme a activé tous les mécanismes internes pour couvrir les déficits alimentaires en janvier et une partie de février, mais le financement actuel n’est insuffisant pour couvrir les besoins croissants. Des engagements supplémentaires sont nécessaires maintenant alors que davantage de personnes souffrent de la faim.

Elisabeth Byrs a indiqué que si le déficit actuel se maintient, le PAM ne sera pas en mesure de continuer la distribution de vivres. Jusqu’à présent, le Programme a fourni une aide alimentaire à 220 000 personnes à Bangui, Bossangoa et Boar, et ce malgré la poursuite des violences. Le PAM a dû préparer et pré-positionner des vivres avant la saison des pluies.

(Interview : Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM ; propos recueillis par Alpha Diallo)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...