RDC : le combat de l'ONU contre les mines et les engins non explosés

Écouter /

Les Nations Unies soutiennent l’action antimines dans trente pays et trois territoires. Dans certains cas, les services de l’ONU peuvent être limités à un aspect de la lutte antimines, comme l’éducation au danger des mines ou l’assistance aux victimes. Dans d’autres endroits, l’ONU peut être impliquée dans tous les aspects de l’action antimines, du déminage à la destruction des stocks.

La République démocratique du Congo (RDC) est contaminée par les mines et les restes explosifs de guerre (REG) à la suite des nombreux conflits qui ont eu lieu depuis 1996. A ce jour, il y a eu près de 2 500 victimes de mines et de munitions non explosées enregistrées dans la base de données nationale.

Depuis mars 2012, les conflits ont repris dans l’Est du pays et la sécurité de la population est à risque. Un grand nombre de personnes déplacées ont un besoin urgent de l’intervention des équipes de déminage et d'être sensibilisés aux risques. Il ya plus de 2,6 millions de personnes déplacées en RDC selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA).

Le Centre de coordination de l'action antimines des Nations Unies en RDC (UNMACC) a été créé en 2002 pour soutenir le déploiement de la Mission des Nations Unies, la MONUC, puis de la MONUSCO. Cela inclut la gestion des stocks d'explosifs, les munitions non explosées et le déminage, la sensibilisation aux risques, et le soutien au développement des capacités de la structure nationale d’action antimines au sein du gouvernement de la RDC.

Interview :

- Pascal Simon, Directeur du Centre de coordination de la lutte antimines des Nations Unies en RDC (UNMACC)

- Interview, production et présentation : Jérôme Longué

- Mixage et production : Florence Westergard

Le dernier journal
Le dernier journal
18/09/2014
Loading the player ...