RCA/ PAM : malgré l'insécurité et la réduction des réserves, l'aide continue

Écouter /

Photo : WFP/Djaounsede Pardon Madjiangar

Actuellement, 38 camions transportant 1600 tonnes de blé et de maïs, de quoi nourrir 155 000 personnes pendant un mois, sont bloqués à la frontière entre la Cameroun et la République centrafricaine en grande partie parce que les chauffeurs ne veulent pas s'aventurer sur la route qui mène à Bangui en raison de l'insécurité, a déclaré le PAM ce vendredi lors d'une conférence de presse à Genève. Environ 500 camions seraient bloqués et les forces de maintien de la paix africaines seraient en route pour la frontière afin de proposer une escorte aux camions et leur permettre de se rendre à Bangui.

Si les camions du PAM n'arrivent pas à avancer, l'agence onusienne dont les réserves s’épuisent à Bangui, étudie la possibilité d'effectuer des ponts aériens entre Douala et Bangui afin d'acheminer les 3000 tonnes de vivre actuellement entreposées à Douala. Cette solution poserait cependant un défi financier important dans le cadre d'une crise qui, selonle PAM, est déjà sous-financée.

En dépit de la violence persistante le PAM continue de fournir une aide alimentaire à plus de 125.000 personnes déplacées à Bangui, notamment autour de l'aéroport et dans quelques sites à travers la capitale.

L'agence a repris sa distribution alimentaire à 40.000 bénéficiaires à Bossangoa et les alentours, alors que les opérations ont été suspendues dans les villes nord-ouest de Bouar et Bozoum en raison de la poursuite des combats.

L'agence explique que cette insécurité dissuade de nombreuses personnes de retourner dans leurs foyers et perturbe l’aide humanitaire.

 

(Extrait sonore : Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM)

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...