Mali : 2014 est une occasion unique pour la paix et la stabilité du pays, souligne Bert Koenders

Écouter /

Bert Koenders. Photo : ONU/Eskinder Debebe

Le Conseil de sécurité a entendu ce matin à New York l'exposé de Bert Koenders, le Représentant spécial des Nations Unies pour le Mali, et chef de la MINUSMA, la Mission de maintien de la paix déployée dans le pays.

Bert Koenders a indiqué que 2013 a été une année décisive pour le peuple malien. Malgré nombre d'obstacles, des élections présidentielles et législatives libres et transparentes ont pu être organisées sur tout le territoire, permettant au Mali de réaffirmer son intégrité territoriale et le retour à l'ordre constitutionnel.

De plus, le Président malien a clairement défini comme priorités la réconciliation nationale, la lutte contre l'impunité et la corruption, la réforme du secteur de la sécurité, le renforcement des capacités institutionnelles et le développement, notamment des régions du nord.

Bert Koenders, a appelé la communauté internationale à continuer de soutenir les efforts pour aider le pays à sortir définitivement de la crise.

 

« Le Mali est à la croisée des chemins et la communauté internationale devrait continuer de soutenir activement les efforts nationaux actuels pour orienter le pays dans la bonne direction et éviter un retour des anciennes habitudes qui ont entraîné la crise sans précédent il y a plus d’un an », a dit M. Koenders dans un exposé devant les membres du Conseil de sécurité au siège de l’ONU à New York.

 

L’Envoyé de l’ONU a estimé que dans les mois à venir, le Mali devrait « combattre les causes profondes et complexes des crises successives que le pays a connu, poser les bases durables pour la paix et la réconciliation, et redevenir un partenaire stable pour une sécurité régionale assurée. »

 

Selon lui, cela nécessiterait que « les pourparlers inclusifs avec les communautés du nord et les signataires de l’Accord préliminaire démarrent sans tarder, qu’une feuille de route et un cadre de concertation incluant les Nations Unies et la communauté internationale soient mis sur pied, que l’Etat se redéploye et les services de base redeviennent fonctionnels sur l’ensemble du territoire national, et que le secteur de la sécurité soit réformé et un processus de désarmement, démobilisation et réinsertion mis en route. »

 

Selon le Représentant spécial, « des avancées sur chacun de ces éléments sont nécessaires pour réussir dans un contexte régional qui reste fragile et périlleux. » « Le moment est venu pour avancer sur cet agenda composite. Un retard peut compromettre les gains déjà réalisés », a-t-il ajouté.

 

S’agissant de la situation sécuritaire, M. Koenders a estimé que cette situation demeurait volatile dans le nord du pays. Il a condamné fermement la recrudescence des attentats terroristes.

 

Il a noté que les effectifs de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation au Mali (MINUSMA) étaient actuellement de 5.488 casques bleus pour un total autorisé de 11.200. « Les défis en matière de sécurité et les attentes de la population sont énormes. Il est donc essentiel que la communauté internationale continue d’appuyer sans délai les efforts pour accélérer le déploiement des unités restantes de la MINUSMA dans le nord du pays », a-t-il dit.

 

Concernant la situation humanitaire, M. Koenders a estimé que des progrès considérables avaient été réalisés. Il a jugé impératif que les promesses faites lors de la conférence de bailleurs de fonds le 15 mai 2013 à Bruxelles soient tenues. Selon lui, la conférence de suivi prévue à Bruxelles le 5 février sera une étape importante. « Nous devons nous assurer que la communauté internationale respecte ses engagements », a-t-il dit.

(Extrait sonore : Bert Koenders, Représentant spécial des Nations Unies pour le Mali, chef de la MINUSMA)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/12/2017
Loading the player ...