L’ONU appelle à redoubler d’efforts pour réaliser la paix entre Israël et la Palestine

Écouter /

Jan Eliasson, Vice-secrétaire général des Nations Unies.

Le Comité pour l’exercice du droit inaliénable du peuple palestinien a officiellement donné le coup d’envoi jeudi de l’Année internationale de la solidarité avec le peuple palestinien, qui pour le Vice-Secrétaire général de l’ONU, Jan Eliasson, est l’occasion de redoubler d’efforts pour réaliser la solution à deux États, Israël et Palestine.

« Les négociateurs israéliens et palestiniens travaillent d’arrache-pied pour parvenir à un règlement pacifique et global de toutes les questions liées au statut final, à savoir un accord qui mette fin à l’occupation et au conflit », a souligné M. Eliasson dans son discours en rappelant que les questions centrales sont liées au territoire, à la sécurité, à Jérusalem, aux réfugiés, aux colonies de peuplement et à l’eau.

Selon Jan Eliassson, il s’agit d’édifier un Etat de Palestine indépendant, viable et souverain, vivant côte à côte et dans la paix, avec un Etat d’Israël en sécurité où chaque partie reconnaît les droits légitimes de l’autre. « Cela veut dire accepter Jérusalem comme la capitale des deux Etats, avec des arrangements acceptés par tous sur les sites sacrés », a-t-il ajouté.

Le Vice-Secrétaire général a appelé les parties à prendre des « engagements courageux » pour avancer dans le processus de paix. Les paramètres de la paix sont connus depuis longtemps, a-t-il insisté. Ils sont inscrits dans les résolutions du Conseil de sécurité, les Principes de Madrid, la Feuille de route, l’Initiative de paix arabe de 2002 et les accords existants entre les parties.

« Nous ne pouvons pas nous offrir le luxe de rater la chance qui se présente à nous aujourd’hui. Ce qu’il faut maintenant, c’est la volonté politique et le courage ainsi que la reconnaissance de la responsabilité historique et une vision source d’inspiration pour les générations futures », a estimé le Vice-Secrétaire général.

Pour le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, John Ashe, le lancement de l’Année de la solidarité avec le peuple palestinien est l’occasion d’appeler les États Membres à faire de 2014, une « année cruciale pour réaliser la paix entre Israël et la Palestine ».

« L’heure est à la vision, au compromis et au respect », a lancé M. John Ashe. « Nous vivons dans un contexte international qui exige coopération entre les parties, entités et individus afin de trouver des solutions aux défis auxquels est confrontée la famille humaine. Il n’y a pas d’exceptions, Israël et la Palestine doivent trouver un accord sur les conditions qui leur permettront de vivre côte à côte dans la paix et dans la sécurité ».

De son côté, Abdou Salam Diallo, Représentant permanent du Sénégal qui a été reconduit à la présidence du Comité pour l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien, cette réélection représente une marque de confiance renouvelée des Nations Unies à l'endroit du Sénégal. Il a déclaré que la grave situation politique, sécuritaire et socioéconomique du Territoire palestinien occupé justifie, à suffisance, que l'attention de la communauté internationale demeure focalisée sur cette problématique non encore résolue.

La gravité de la situation met en lumière le rôle crucial du Comité en tant qu'instrument privilégié d'alerte et de sensibilisation autour du devoir historique, politique et juridique de permettre au peuple palestinien de jouir pleinement et intégralement de ses droits inaliénables et imprescriptibles, a-t-il poursuivi.

Selon le diplomate sénégalais, les efforts diplomatiques déployés depuis plusieurs mois en vue d'insuffler une nouvelle dynamique au processus de paix et d'aboutir à des résultats tangibles et substantiels ont été unanimement salués par la communauté internationale et méritent d'être encouragés et appuyés par l'ensemble des acteurs internationaux.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
16/10/2017
Loading the player ...