FAO : les prix alimentaires mondiaux restent élevés mais stables

Écouter /

Photo : FAO/G. Napolitano

En décembre, l’Indice FAO des prix des produits alimentaires avoisinait les 206,7 points,  un niveau quasiment inchangé par rapport au mois précédent, le fort renchérissement des produits laitiers et les prix élevés de la viande venant compenser le brusque repli des cours du sucre et la baisse des prix des céréales et des huiles.

Pour l’ensemble de l’année 2013, l’Indice a atteint en moyenne les 209,9 points – en recul de 1,6 pour cent par rapport à 2012 et nettement en-deçà du pic de 230,1 points de 2011, tout en demeurant le troisième niveau jamais enregistré.

L’abondance des disponibilités a pesé sur les cours internationaux des céréales (à l’exception du riz), des huiles et du sucre. Les valeurs des produits laitiers ont néanmoins atteint des niveaux record en 2013, au même titre que la viande.

“Le mois dernier, l’Indice FAO des prix alimentaires est demeuré élevé à mesure que la demande soutenue de certains aliments riches en protéines continuait à faire grimper les prix, neutralisant la chute des cours des principales cultures vivrières après les récoltes abondantes de l’an dernier”, a indiqué l’économiste de la FAO Abdolreza Abbassian.

L’Indice de la FAO est un indice pondéré en fonction des échanges commerciaux qui évalue la variation mensuelle des prix de cinq catégories principales de denrées alimentaires sur les marchés mondiaux: céréales, produits laitiers, viande, sucre et huiles végétales.

Concernant les céréales et le sucre, l’Indice FAO des prix des céréales avoisinait les 191,5 points en décembre, en recul de 2,8 points par rapport à novembre et le niveau mensuel le plus bas depuis août 2010. Les vastes disponibilités mondiales dues aux récoltes record de 2013 ont continué à exercer une pression sur les cours internationaux du blé et du maïs en particulier. En revanche, les prix du riz ont affiché une légère reprise en décembre.

Pour l’ensemble de 2013, l’Indice des prix céréaliers atteignait en moyenne 219,2 points, soit un fléchissement de 17 points, ou 7,2 pour cent, par rapport à 2012.

L’Indice FAO des prix du sucre atteignait en moyenne 234,9 points en décembre, un fort repli de 15,8 points par rapport à novembre. C’est la troisième baisse mensuelle consécutive qui s’explique par la récolte de canne à sucre au Brésil – premier producteur et exportateur mondial de sucre – qui a dépassé toutes les prévisions. Une production record en Thaïlande, deuxième exportateur mondial de sucre, ainsi que les bonnes récoltes enregistrées en Chine sont venues exacerber la pression à la baisse sur les cours internationaux. En 2013, les prix du sucre ont fléchi de 18 pour cent par rapport à ceux de 2012.

En revanche, les prix des produits laitiers ont affiché une hausse, tant pour décembre que pour l’ensemble de l’année 2013. L’Indice FAO des prix des produits laitiers avoisinait les 264,6 points en décembre, en hausse de 13,2 points par rapport à novembre. La demande de lait en poudre, notamment en Chine, demeure soutenue, et l’industrie de transformation de l’hémisphère sud privilégie ce produit plutôt que le beurre et le fromage. Durant 2013, l’indice des produits laitiers avoisinait les 243 points – son niveau annuel le plus élevé depuis sa création.

L’Indice FAO des prix de la viande s’est établi à 188,1 points en décembre, légèrement supérieur à celui de novembre. Les prix de la viande bovine et porcine se sont raffermis: la demande de la Chine et du Japon s’est traduite par une constante augmentation des prix du bœuf depuis juin dernier. Les prix de la volaille sont demeurés stables, tandis que ceux de la viande ovine ont reculé. Malgré tout, l’Indice pour 2013 est resté historiquement élevé, nettement supérieur aux niveaux d’avant 2011.

L’Indice FAO des huiles végétales s’établissait en moyenne à 196 points en décembre, en recul de 2,5 points par rapport à novembre. L’Indice de 2013 a atteint 193 points – nettement en-deçà de la moyenne de 2012 de 224 points – l’huile de palme tombant à son plus bas niveau en 4 ans.

(Interview : Concepcion Calpe, économiste principal à la FAO; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Classé sous Crise alimentaire, Dossiers.
Le dernier journal
Le dernier journal
17/09/2014
Loading the player ...