Détérioration de la sécurité en Iraq : un défi pour la distribution de l'aide

Écouter /

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a été contrainte de suspendre sa distribution de secours d'urgence dans la province d'Al-anbâr, le 23 janvier, en raison des violents affrontements et des frappes aériennes qui ont eu lieu dans presque tous les districts de Falloujah. Les opérations de distribution ont repris le jour suivant, le 24 janvier.

« La situation à Al-anbâr reste instable et tout indique un déclin progressif de la sécurité. Cette situation continue de rendre difficiles les opérations d'aide car les routes sont fréquemment bloquées et certains ponts se sont effondrés suite aux affrontements entre les forces de sécurité iraquiennes et les groupes armés de l'opposition, aux frappes aériennes et aux actes de terrorisme », a déclaré Nicholas Hill, responsable de l'équipe d'intervention et de l'évaluation rapide de l'OIM en Iraq (RART).

 « L'équipe RART de l'OIM à Al-anbâr a profité d'une accalmie temporaire pour reprendre les distributions vendredi 24/01 », a-t-il ajouté.

Depuis décembre dernier, lorsque les affrontements ont éclaté entre les forces de sécurité iraquiennes, les militants islamistes et les factions sectaires, non moins de 140 000 personnes ont été déplacées à Al-anbâr et d'autres continuent de fuir. Ces nouveaux déplacements s'ajoutent au 1,3 million de personnes déjà déplacées en Iraq.

Les nouveaux déplacés sont dispersés à travers la province d'Al-anbâr et dans les provinces voisines de Salah ad-Din, Kerbala, Bagdad et An-Najaf. Les autorités locales dans la province d'Erbil dans la région semi-autonome du Kurdistan au nord du pays ont également confirmé l'enregistrement de 3700 personnes déplacées. Quelque 2500 seraient restées dans la province mais les autres seraient parties ailleurs après leur enregistrement.

L'OIM évalue rapidement les lieux de déplacement à Erbil, Dahuk et Al-Sulaymānīyah afin d'identifier le nombre de personnes, les sites, les mouvements et la vulnérabilité des familles déplacées depuis Al-anbâr vers la région kurde.

L'OIM a fourni 288 tentes au camp de transit de Bahira à Erbil, qui a été réhabilité pour accueillir les nouveaux déplacés internes. La décision d'ouvrir officiellement ce camp n'a pas encore été prise mais compte tenu des déplacements incessants, elle devient de plus en plus probable.

A ce jour, l'OIM a distribué 250 kits d'aide non alimentaire dans le district d'Al-Karma à Al-anbâr et 280 à Falloujah, bénéficiant à 8130 personnes au total. D'après le personnel de l'OIM à Falloujah, il existe un besoin urgent de tentes et d'aide non alimentaire dans le district.

L'OIM coopère en outre avec le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) pour distribuer de la nourriture. Au 26 janvier, l'OIM en Iraq avait distribué 3750 colis de nourriture aux familles vulnérables déplacées à Al-anbâr, dont 650 dans le district de Falloujah, 500 dans le district d'Al-Karma et 1000 dans le district de Şaqlāwīyah, où ont lieu les affrontements les plus violents.

L'OIM a également distribué des médicaments supplémentaires à l'hôpital de Falloujah, au nom de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), s'ajoutant ainsi aux 3 kits médicaux fournis le 13 janvier. Chacun de ces kits contient du matériel suffisant pour effectuer 200 opérations de chirurgie lourde.

L'OIM œuvre aussi avec le FNUAP pour distribuer des kits de santé reproductrice, des kits d'hygiène féminine et des kits d'accouchement dans de bonnes conditions d'hygiène pour les femmes enceintes déplacées.

(Extrait sonore: Christiane Berthiaume, porte-parole de l'OIM)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...