Crise en RCA : des initiatives pour relever les défis humanitaires, par Kaarina Immonen

Écouter /

Kaarina Immonen, Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général et Coordinatrice humanitaire de l’ONU en République centrafricaine

Les violences sectaires en République centrafricaine (RCA) ont fait un million de déplacés et l'on estime que 2,2 millions de personnes, soit la moitié de la population, ont besoin d'aide humanitaire.

Face à cette crise, l'Union européenne et les Nations Unies ont présidé conjointement le 20 janvier à Bruxelles une conférence des pays donateurs sur la RCA pour mobiliser des fonds afin de fournir au pays une assistance humanitaire immédiate.

Les approvisionnements destinés aux cliniques et aux hôpitaux ont été interrompus et de nombreuses infrastructures publiques, telles les écoles et les administrations publiques, entièrement détruites. Une crise alimentaire est désormais en train de se profiler à l'horizon. Les Nations Unies indiquent que 94% des communautés affirment qu'elles ne disposent pas d'assez de semences pour la prochaine récolte.

Bien qu'il soit essentiel de satisfaire les besoins humanitaires des populations, la communauté internationale doit impérativement s'attaquer aux problèmes de développement qui ont provoqué le conflit. Si tel n'était pas le cas, une nouvelle crise pourrait se reproduire, estime le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Il est donc extrêmement important que l'action humanitaire s'inscrive dans une perspective plus vaste, visant à remettre le pays sur la voie d'un développement robuste.

Le PNUD souligne que la crise qui sévit en Centrafrique est le résultat d'un échec de l'Etat et de la classe politique et résulte d'une pauvreté chronique et d'une anarchie totale, auxquels il faut ajouter des décennies de sous-investissement en matière de services sociaux et de développement économique. Environ 63% de la population vit sous le seuil de la pauvreté, tandis que les inégalités et la lutte pour le pouvoir et les ressources économiques, alimentées actuellement par les divisions religieuses, sont au cœur du conflit.

Pour le PNUD, Lorsque le conflit armé se sera apaisé, toute l'attention devra se concentrer sur la reconstruction des infrastructures telles les cliniques, routes, ponts, et réservoirs d'eau. Dans cette optique, les travaux publics pourront constituer une importante source de revenu pour les femmes et les hommes. De telles initiatives pourront non seulement contribuer à restaurer la confiance parmi les communautés locales, par-delà les divisions ethniques et religieuses, mais elles permettront également de réhabiliter les administrations locales.

Le PNUD a travaillé avec la communauté internationale et les acteurs nationaux pour créer une feuille de route sur la RCA et soutiendra la stabilisation du pays en mettant en place, en plusieurs phases, un programme de sécurité communautaire, de création de moyens de subsistance, de cohésion sociale et de réconciliation.

(Interview : Kaarina Immonen, Coordinatrice humanitaire des Nations Unies en RCA, jointe par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Le dernier journal
Le dernier journal
22/08/2014
Loading the player ...