Côte d'Ivoire : des progrès encourageants vers une normalisation, note le Conseil de sécurité

Écouter /

Le Conseil de sécurité a examiné ce matin la situation en Côte d'Ivoire. Les quinze ont d'abord entendu la Représentante spéciale des Nations Unies dans le pays et cheffe de l'opération des Nations Unies déployées dans le pays (ONUCI). Aïchata Mindaoudou s'est félicitée des évolutions positives dans plusieurs domaines au cours des derniers mois, en soulignant notamment le renforcement du dialogue entre le gouvernement et les partis politiques. Elle a aussi évoqué la reconfiguration de la composante militaire de l'ONUCI, la lutte contre l'impunité et la protection des civils.

Pour sa part, le Représentant permanent de la Côte d'Ivoire auprès des Nations Unies, Youssoufou Bamba s'est félicité de l'amélioration de la situation sécuritaire et de la relance économique. Il a aussi insisté sur le renforcement du dialogue politique et réconciliation nationale.

En ce qui concerne la sécurité, selon le diplomate ivoirien, la situation s'est nettement améliorée depuis la prise en main par le Chef de l’État lui-même du secteur de la défense. Tout au long de l’année écoulée, aucune attaque d’envergure n’a été constatée contre les Forces de sécurité et édifices publics. Ceci a entraîné une évolution positive de l’indice de sécurité reconnue par les Nations Unies est passé de 3,8 en 2012 à 1,3 en 2013 sur toute l’étendue du territoire. Cette amé1ioration a permis de créer les conditions favorables pour le retour des organisations internationales qui avaient délocalisé leur siège.

Cependant, des préoccupations demeurent en ce qui concerne le long de la frontière avec le Libéria, en raison de la présence récurrente de mercenaires et de trafic d’armes illicites.

Concernant le Désarmement, la Démobilisation et la Réinsertion (DDR), l’Autorité pour le Désarmement, la Démobilisation et la Réintégration (ADDR) a pu au 31 décembre 2013, réintégrer ou réinsérer 27 351 ex combattants, soit 91% de l’objectif des 30.000 qui était visé. Toutefois, il reste encore 47.000 ex-combattants à réinsérer ou réintégrer.

En ce qui concerne le dialogue politique, il y a tout lieu de se réjouir de la grande décrispation qui est actuellement constatée sur la scène politique intérieure de la Côte d’Ivoire. Youssoufou Bamba a indiqué, qu'à ce niveau aussi, le Président Alassane Ouattara a engagé son leadership afin de créer un climat politique apaisé et laisser à l’opposition un espace pour exprimer sa différence. Cet engagement s’est traduit par des gestes forts tels que la remise en liberté provisoire de quatorze personnalités de l’ancien régime, et l’examen prochain par la justice d’autres cas qui pourraient bénéficier de cette même mesure.

Selon le diplomate, ces initiatives du Président ivoirien ont conduit à l'avènement d’un réel climat de détente concrétisé de façon constructive, en particulier par la reprise le 15 janvier dernier du dialogue direct entre l’opposition et le gouvernement, qui annonce des résultats prometteurs. Mais aussi, par le retour d’exil de 1 288 militaires ex FDS avec la garantie pour leur sécurité. Ils ont été accueillis le vendredi 24 janvier 2014 lors d’une cérémonie sur la place d’armes du ministère de la défense, répondant ainsi à l’appel au retour lancé par le Président Alassane Ouattara.

Pour ce qui est de la réconciliation nationale, au terme de deux années d’activité, la Commission Dialogue Vérité et Réconciliation a officiellement remis au Président Alassane Ouattara le 21 novembre 2013, son rapport. Ce document recommande en substance, notamment l’application effective de la loi sur le foncier rural, la prise en compte du genre dans la politique générale du pays, la réduction des inégalités au niveau du développement régional, la mise en place d’une armée républicaine, dotée de moyens appropriés et modernes, la bonne gouvernance et la lutte contre l’impunité ainsi que le renforcement de la démocratie.

De plus, la Côte d’Ivoire connaît une forte reprise économique comme l’atteste le taux de croissance de 8% réalisé en 2013, et un taux de croissance de 9% prévu en 2014. Le pays conforte sa place de premier producteur mondial de cacao avec une production de 1,44 million de tonnes de fève de cacao pour la campagne 2012-2013, représentant 40% de la production mondiale de cacao. D’une manière générale, de nombreux travaux de réhabilitation et de construction d’infrastructures économiques et sociales sont achevés, ou sont en cours de réalisation, notamment dans les secteurs des routes, de l’eau, de l’éducation, de la santé, des logements sociaux et de l’énergie.

Sur la base de toutes ces évolutions positives, le gouvernement de la Côte d’ivoire, en parfaite convergence avec les Nations Unies appuie le plan de reconfiguration et de réduction des effectifs militaires et de police de l’ONUCI d’ici à 2015.

Enfin, le Gouvernement ivoirien conscient de sa responsabilité première dans l’instauration d’une paix et d’une stabilité durable dans le pays, s’engage à jouer pleinement sa partition dans la réalisation des objectifs opérationnels définis de façon concertée avec l'ONU, dans le cadre de la planification stratégique de la transition de l'ONUCI vers une configuration de consolidation de la paix.

(Extrait sonore : Youssoufou Bamba, Représentant permanent de la Côte d'Ivoire auprès des Nations Unies)

Le dernier journal
Le dernier journal
26/12/2014
Loading the player ...