Conférence de presse de Ban Ki-moon à Montreux : « il est temps pour les parties syriennes d'agir et de négocier »

Écouter /

A la fin de cette première journée de la Conférence internationale sur la Syrie, le Secrétaire général de l'ONU a été sous le feu roulant des questions des médias et la présence d'un millier de journalistes à Montreux. Et le refrain entonné sur les bords du lac Léman a été de rappeler l'urgence des négociations pour arriver à une fin immédiate du conflit en Syrie. Selon Ban Ki-moon, le moment d'agir de manière décisive et courageuse est arrivé. « Nous devons saisir cette chance fragile et personne ne sous-estime l’importance de la tâche », a martelé le Chef de l'ONU. M. Ban qui dit compter sur les talents de Lakhdar Brahimi entend encourager les différentes parties syriennes à entamer ce qu'il considère comme l'étape la plus difficile de ces pourparlers. A savoir résoudre le problème de l'accès humanitaire, la libération des prisonniers ou la signature de cessez-le-feu locaux, comme celui annoncé à Alep.

Et dès demain jeudi, le médiateur de l’ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie rencontrera séparément les deux parties pour discuter de la prochaine étape des négociations de Genève II. Cela permettra au diplomate algérien de voir si les prochaines tractations auront lieu dans une même salle ou ce seront des entretiens séparés.

Concernant les divergences apparues lors du segment de haut de niveau, Ban Ki-moon et Brahimi ont certes reconnu l'importance de la lutte contre le terrorisme, mais le plus urgent est d'avoir la paix et de redonner un avenir au peuple syrien. Au sujet de l'avenir du Président Assad, les deux responsables onusiens pensent que c'est aux deux parties d'en discuter et cette question doit être aussi tranchée par le peuple syrien.

Il faut juste rappeler que dignitaires et opposants syriens se sont retrouvés ce mercredi 22 janvier dans la ville suisse de Montreux pour leur premier face-à-face depuis le début de la guerre qui ravage leur pays depuis presque trois ans, en présence d’une quarantaine de pays et d'organisations.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Montreux, pour la Radio des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...