Afghanistan: vive condamnation par l'ONU de l'attaque sanglante contre un restaurant à Kaboul

Écouter /

Ján Kubis, Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afghanistan et Chef de la Mission d’assistance des Nations unies en Afghanistan (MANUA)-UN Photo: Fardin Waezi

Le Secrétaire général des Nations Unies et le Conseil de sécurité ont vivement condamné vendredi 17 janvier une attaque sanglante contre un restaurant à Kaboul ayant fait au moins 14 morts et de nombreux blessés, dont des Afghans et des étrangers.

"Nous avons désormais la confirmation que quatre employés des Nations Unies, ainsi que des employés d’autres organisations internationales, sont morts", a dit le porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration à la presse.

"De telles attaques contre des civils sont absolument inacceptables et sont une violation flagrante du droit humanitaire international", a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a présenté ses sincères condoléances aux familles et aux collègues de ceux qui ont été tués et ses vœux de prompt rétablissement à ceux qui ont été blessés.

Le Conseil de sécurité a également condamné l’attaque, notant que celle-ci avait été revendiquée par les Taliban.

Dans une déclaration à la presse, les membres du Conseil de sécurité des Nations Unies ont réitéré leur vive préoccupation concernant les menaces que posent les Taliban, Al Qaïda et les groupes armés illégaux pour la population locale, les forces nationales de sécurité et les efforts internationaux d’assistance en Afghanistan.

Ils ont présenté leurs condoléances aux familles des victimes, au peuple et au gouvernement d’Afghanistan, ainsi qu’à ceux des autres pays dont des citoyens ont été victimes de cette attaque.

Plus tôt dans la journée, la MANUA, la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan avait également vivement condamné l’attaque.

« Je condamne vivement les attaques ciblant des civils et en particulier l’usage de kamikazes », a dit le Représentant spécial du Secrétaire général pour l’Afghanistan, Jan Kubis. « Cette violence est inacceptable et doit cesser immédiatement. »

(Mise en perspective: Jean-Pierre Amisi Ramazani)

 

Le dernier journal
Le dernier journal
22/04/2014
Loading the player ...