Syrie : la Commission d'enquête de l'ONU déplore les innombrables disparitions forcées

Écouter /

Vitit Muntarbhorn

La Commission internationale indépendante d’enquête sur la Syrie a publié ce jeudi 19 décembre, un document qui dépeint un tableau sombre du conflit dévastateur et des violations persistantes des droits de l'homme en Syrie.

Ce document décrit les violences incessantes qui ont fait plusieurs milliers de morts et de blessés, et met également l'accent sur les détentions arbitraires et les disparations, les déplacements massifs et les destructions physiques à grande échelle qui se déroulent en Syrie.

La Commission, qui est composée de Mr Paulo Sergio Pinheiro (Président), Mme Karen AbuZayd, Mme Carla del Ponte et Mr Vitit Muntarbhorn, a été mandatée par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies pour enquêter et enregistrer toutes les violations du droit international relatif aux droits de l'homme. La Commission a également reçu pour tâche d'enquêter sur toutes les allégations de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Son mandat a été récemment élargi pour inclure les "enquêtes sur tous les massacres."

Bien que le Gouvernement syrien n'ait toujours pas autorisé la Commission à entreprendre des enquêtes sur son sol, les commissaires et leur personnel ont interviewé plus de 1 200 témoins et victimes, dont environ 100 au cours de la période couverte par cette dernière mise à jour.

Cette mise à jour décrit la nature de plus en plus sectaire du conflit, les forces gouvernementales et les milices qui les soutiennent attaquant des civils sunnites tandis que des rapports font état de groupes armés anti-gouvernementaux attaquant des Alaouites et d'autres communautés minoritaires pro-gouvernementales, dont des Catholiques, des Arméniens orthodoxes et des Druzes. D'autres communautés minoritaires, y compris des Chrétiens, des Kurdes et des Turkmènes, ont également été pris au piège du conflit et, dans certains cas, contraints de prendre les armes pour se défendre ou de prendre parti.

La présence de combattants étrangers, dont certains ont des liens avec des groupes extrémistes, et la radicalisation de certains des combattants syriens anti-gouvernementaux sont mises en évidence.

Le nombre de réfugiés et de déplacés internes est déjà très important et devrait encore croître au cours des prochains mois, si la tendance actuelle se poursuit. Le début de l'hiver présente des risques tant pour les déplacés que pour les personnes qui vivent dans des conditions effroyables dans nombre de villes et villages dévastés de Syrie.

(Interview : Vitit Muntarbhorn, membre de cette Commission internationale indépendante d’enquête sur la Syrie ; propos recueillis par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...