Soudan du Sud : « La dimension ethnique se confirme. La situation humanitaire s'aggrave » selon Gérard Araud

Écouter /

Au sortir d'une réunion d'urgence à huis clos du Conseil de sécurité, le Président du Conseil de sécurité, l'Ambassadeur Gérard Araud, a indiqué lundi 23 décembre aux journalistes que les membres du Conseil ont suivi un exposé d'Edmond Mulet, le Sous-secrétaire général de l'ONU au maintien de la paix, sur la situation actuelle au Soudan du Sud. «La dimension ethnique se confirme. La situation humanitaire s'aggrave. Plus de 100 000 personnes sont déplacées. 45 000 personnes ont cherché refuge autour des camps de la MINUSS » a-t-il déclaré.

Il a ajouté que « Dans ce contexte, le Secrétaire général vient d'adresser un courrier au Conseil de sécurité qui propose de renforcer la MINUSS de 5500 casques bleus. Le Secrétariat a déjà engagé des contacts depuis ce matin avec les différentes missions et les pays contributeurs de troupes pour trouver ces renforts. »

Les Etats-Unis ont diffusé un projet de résolution pour permettre d'augmenter le plafond des forces. Le vote pourrait avoir lieu ce mardi au Conseil de sécurité à New York.

Gérard Araud a expliqué les priorités actuelles de la Mission de l'ONU au Soudan du Sud. « Il est évident que dans les circonstances actuelles, certaines parties du mandat ne sont plus une urgence. Il va falloir concentrer tous les moyens des Nations unies sur trois urgences : 1/ faciliter le dialogue politique ; 2/ la protection des civils, en particulier la protection des civils sur les bases de la MINUSS – mais soyons clairs, les Nations unies, qui ont environ 4 000 combattants, qui pourraient en avoir 9 000, ne pourront absolument protéger tous les civils au Soudan du Sud étant donné la taille du pays ; et 3/ l'aide humanitaire et la défense des droits de l'Homme. »

C'est la raison aussi pour laquelle, selon lui, les Nations Unies seront capables de rapatrier en dehors du pays du personnel non essentiel pour des raisons évidentes de sécurité. « C'est du personnel qui fait des missions qui ne sont plus dans les priorités, par exemple le DDR. Il est évident qu'aujourd'hui ce n'est pas le cœur de la mission. »

(Extrait sonore : Ambassadeur Gérard Araud, Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies et Président du Conseil de sécurité)

Classé sous Conseil de sécurité, L'info.
Le dernier journal
Le dernier journal
26/11/2014
Loading the player ...