RDC : le PAM obligé de réduire son assistance alimentaire par manque de financement

Écouter /

En raison de sérieuses contraintes de financement, le Programme alimentaire mondial (PAM) aura à réduire ou à suspendre certaines de ses activités en République Démocratique du Congo (RDC) à partir de ce mois de décembre, laissant des milliers de personnes sans assistance alimentaire.

Pour assurer la continuité de ses opérations dans les six prochains mois, le PAM qui est entièrement financé par des contributions volontaires, a un besoin urgent de 75 millions de dollars d'ici à mai 2014.

Depuis plusieurs mois déjà, le  manque de financement a obligé  PAM à réduire de moitié les rations fournies aux déplacés internes dans la province du Nord Kivu alors que la situation générale de sécurité alimentaire se dégrade dans cette partie est de la RDC.  Selon une enquête récente menée conjointement par le gouvernement provincial du Nord Kivu et le PAM,  six familles sur dix sont en insécurité alimentaire contre trois sur dix il y a deux ans.

Dans les provinces du Nord, Sud Kivu et Orientale, quelque 500 000 personnes déplacées en insécurité alimentaire seront affectées par cette crise financière. La distribution quotidienne de repas chauds aux milliers d'écoliers sera aussi concernée.  De  même pour l'appui nutritionnel vital à quelque 180.000 enfants, femmes enceintes et mères allaitantes souffrant de malnutrition aigüe à travers le pays.

“Nous sommes très inquiets du sort des milliers de personnes qui dépendent de l'assistance alimentaire du PAM,” a déclaré Martin Ohlsen, Représentant du PAM en RDC. “À l'heure où le gouvernement congolais avec la communauté international intensifient leurs efforts pour stabiliser l'est de la RDC,  une suspension voire une réduction de l'assistance humanitaire pourrait compromettre sérieusement notre investissement de longue date dans l'amélioration de la sécurité alimentaire, la reconstitution des moyens d'existence et des systèmes de résilience au choc.”

“Il est difficile de ne pas croire que  les besoins énormes aux Philippines et en Syrie sont en train d'étouffer les cris d'alarme émanant des coins moins visibles et peu médiatisés  du monde” a ajouté Ohlsen, insistant sur le besoin pressant de financement dans les prochains mois.

En attendant, l'on prend  de  plus en plus  conscience des menaces de violences sexuelles  dans les zones de conflit et le PAM travaille étroitement  avec ses partenaires pour s'assurer que  des mesures,  les plus importantes  possibles, sont prises pour protéger les femmes en RDC où viol et  violences contre les femmes sont très répandus.  Les sites de distribution de nourriture  sont choisis de concert avec les femmes pour réduire le risque d'agression.  Et là où c'est possible, le PAM a  recours au système de coupons électroniques et aux mécanismes de  transfert monétaire via téléphone afin de  minimiser les frictions entre les bénéficiaires et leurs communautés d'accueil.

En RDC, un enfant sur dix souffre de la malnutrition aigüe tandis que 6,3 million de personnes souffrent de la faim et ont besoin d'assistance alimentaire. Il y a actuellement 2,7 million de personnes déplacées en RDC.

(Interview : Elisabeth Byrs, porte-parole du PAM à Genève, jointe par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...