RCA: une délégation de l’ONU sur le terrain pour se rendre compte de la situation

Écouter /

Déplacés à Bangui, Reépublique centrafricaine. (Photo: BINUCA)

Une mission des trois bureaux de Représentants spéciaux du Secrétaire général des Nations Unies a effectué une mission en République centrafricaine cette semaine pour prendre le pouls de la situation sur le terrain.

La Représentant spéciale du Secrétaire général des Nations Unies sur les enfants et les conflits armes, Leila Zerrougui, le Représentent spécial pour la prévention du génocide, Adama Dieng, ainsi qu'un membre de l'équipe de la Représentante spéciale sur les violences sexuelles pendant les conflits, Zeinab Bangura, se sont rendus à Bangui pour rencontrer et écouter les besoins des membres de la société civile, des leaders religieux, des autorités et des militaires.

Ils espèrent ainsi mieux évaluer la situation et les défis afin de relayer leurs messages au sein du Secrétariat, du Conseil de sécurité et des Etats Membres.

Malgré la situation tendue dans le capitale avec les populations déplacées qui ont subi des exactions, les mebres de cette délégation ont pu se déplacer et se rendre là ou ils le souhaitaient.

Les Représentant spéciaux se sont félicité de la volonté d'apaiser les tensions entre les différents groupes religieux, soulignant que les tensions sectaires dans le pays sont un phénomène nouveau et que les différents groupes se sont historiquement bien entendus.

Selon la Représentante spéciale pour les enfants et les conflits armés, la délégation a incité les autorités a parlé d'une même voix pour éviter que les incidents qui ont eu lieu le 5 décembre, notamment des attaques contre des populations civiles et entre les Seleka et les anti-balaka, ne dérapent de façon irréparable.

« Je crois que l'on peut dire qu'il y a une ouverture et il faut la saisir pour que chacun joue un rôle positif pour apaiser la situation », a déclaré Leila Zerrougui lors d'une interview à la Radio des Nations Unies.

Les enfants, qui constitueraient la moitié de la population, sont soit affectés par les exactions directement, soit privés des besoins les plus élémentaires tels que nourriture, soins et école.

L'accès aux enfants au moment de désarmer les groupes armés et protéger ceux qui sont menacés d'attaques, figurent également parmi les priorités actuellement.

(Interview : Leila Zerrougui, Représentante spéciale pour les enfants et les conflits armés ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

 

Classé sous L'info.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...