Martin Kobler/RDC : « La féminisation du sida est une réalité »

Écouter /

Martin Kobler, le nouveau patron de la MONUSCO (Photo: ONU Mark Garten )

La Journée mondiale de lutte contre le sida a été célébrée dimanche 1er décembre partout dans le monde et notamment en République démocratique du Congo (RDC). En marge de cette manifestation, le Représentant spécial du Secrétaire général en RDC et chef de la Mission de l'ONU pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), Martin Kobler, a accordé une interview à Radio Okapi dans laquelle il déplore la féminisation de cette maladie. Les femmes sont deux fois plus infectées que les hommes en RDC. Le taux de prévalence chez les femmes enceintes est de 3,5%, a-t-il noté.

Le patron de la MONUSCO lance un appel « aux Congolaises et aux Congolais pour que chacun d'entre nous se batte avec énergie et responsabilité contre ce fléau ».

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a rappelé dimanche que si des progrès considérables ont été réalisés dans la lutte contre cette maladie, il reste encore beaucoup a faire puisque certaines régions du monde accusent un retard et que les personnes séropositives sont trop souvent victimes de stigmatisation et de discriminations.

 

« Je suis plus optimiste que jamais. Dans la plupart des pays du monde, la lutte contre le VIH progresse à grands pas. Le nombre de nouvelles infections et de décès est en net recul et nous sommes en bonne voie pour atteindre notre objectif consistant à assurer un traitement antirétroviral à 15 millions de personnes d’ici à 2015 – une étape essentielle pour stopper l’épidémie de sida et en inverser le cours une fois pour toutes », a indiqué M. Ban dans son message pour la journée.

 

« Toutefois, comme le révèle le rapport 2013 de la Journée mondiale de lutte contre le sida publié par ONUSIDA, certains signes préoccupants indiquent que des régions et des pays ont pris du retard. Même si nous parvenons de mieux en mieux à aider les populations vulnérables grâce à des actions visant à éliminer la stigmatisation et la discrimination, il reste encore beaucoup à faire pour surmonter ce problème. Nous devons nous engager à faire tomber les dernières barrières que constituent par exemple les lois punitives et l’exclusion sociale, pour venir en aide à toutes les personnes qui n’ont accès ni aux traitements contre le VIH ni aux services de soins », a-t-il ajouté.

 

(Extrait sonore : Martin Kobler, Représentant spécial des Nations Unies en RDC; propos recueillis par Gisèle Kaj de Radio Okapi)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...