Irina Bokova pour la protection des journalistes

Écouter /

Cette semaine dans Voix de femmes la Directrice générale de l’UNESCO revient sur la question de la protection des journalistes.

Irina Bokova était parmi les panélistes de la réunion qu'a tenue récemment le Conseil de sécurité sous formule Arria, permettant un échange direct et informel, sur la question de la protection des journalistes, organisée par la France et le Guatemala. Fatou Bensouda, Procureure de la Cour pénale internationale (CPI), et Christophe Deloire, Directeur général de Reporters sans frontières (RSF), faisaient également partie des panélistes.

La réunion était l’occasion de revenir sur la question de l’impunité face aux crimes contre les journalistes suite à l’enlèvement et l’assassinat, le 2 novembre dernier, des deux journalistes français de Radio France Internationale (RFI), Ghislaine Dupont et Claude Verlon, à Kidal, au Mali.

Sept ans après l’adoption, par le Conseil de sécurité, de la résolution 1738 (2006) sur la protection des journalistes dans les conflits armés, ceux qui consacrent leur vie à nous informer continuent à payer un prix très élevé pour faire leur métier. Par la résolution 1738, la communauté internationale s'était engagée à accorder une attention accrue à la question de la protection des journalistes.

Cependant, depuis le début de l’année, plus de 52 journalistes ont été tués et 183 sont actuellement emprisonnés à travers le monde. La majorité de ces attaques ont eu lieu hors conflits armés.

En juillet cette année, le Conseil de sécurité a tenu un débat public sur la protection des journalistes dans les conflits armés. Pour la première fois, quatre journalistes ont informé le Conseil et ont partagé leurs expériences de travail dans des situations de conflit.

Ils ont souligné le fait que, malgré l'existence de normes protectrices, les attaques contre la liberté d'information et la sécurité des journalistes ne cessent de croître et sont rarement punis. Le taux d'impunité pour ces crimes est estimé à 90%.

Le 26 novembre, l'Assemblée générale a pris position en déclarant le 2 novembre « Journée internationale pour mettre fin à l'impunité pour les crimes contre les journalistes ».

L'Assemblée générale a également approuvé le Plan d'action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes, un effort concerté des Nations Unies menée par l'UNESCO, qui invite les agences, fonds et programmes des Nations-Unies à travailler avec les États Membres en vue d’instaurer un environnement libre et sûr pour les journalistes, en situation de conflits comme en temps de paix.

(Interviews : Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO; propos recueillis par Cristina Silveiro)

Le dernier journal
Le dernier journal
20/10/2014
Loading the player ...