Afrique de l'Ouest et Sahel : débat au Conseil de sécurité sur la lutte contre le trafic de drogues

Écouter /

Yuri Fedotov,Directeur exécutif de l’ONUDC

Le Conseil de sécurité s'est réuni ce matin à New York pour discuter de la lutte contre le trafic de drogues et ses conséquences sur la paix et la sécurité en Afrique de l'Ouest et au Sahel. Cette réunion a eu lieu en présence, entre autres, de Ban Ki-moon, le Secrétaire général des Nations Unies, de Said Djinnit, le Représentant Spécial du Secrétaire général pour l'Afrique de l'Ouest, et de Yuri Fedotov, le Directeur exécutif du Bureau de l'ONU contre la drogue et le crime (ONUDC). Ce dernier a présenté une évaluation des menaces que fait peser la criminalité transnationale organisée en Afrique de l'Ouest.

Selon l'ONUDC, le trafic de stupéfiants est un commerce international illicite comprenant la culture, la fabrication, la distribution et la vente de substances interdites par la loi. L’ONUDC contrôle et recherche en permanence les marchés illicites de stupéfiants internationaux afin de mieux appréhender leurs dynamiques. Le trafic de stupéfiants est au cœur de cette recherche.

Actuellement, la consommation mondiale d’héroïne (340 tonnes) ainsi que les saisies représentent un flux annuel de 430 à 450 tonnes d’héroïne sur le marché international, précise l'ONUDC. L’opium du Myanmar et de la République démocratique populaire lao en représentent environ 50 tonnes, alors que le reste, près de 380 tonnes d’héroïne et de morphine, est produit exclusivement à partir d’opium afghan. Bien que cinq tonnes soient consommées et saisies en Afghanistan, les 375 tonnes restantes font l’objet d’un trafic international via des routes parcourant les pays limitrophes de l’Afghanistan.

En ce qui concerne le marché américain, la cocaïne est généralement transportée depuis la Colombie vers le Mexique ou l’Amérique centrale par mer puis par terre vers les Etats-Unis et le Canada. La cocaïne est principalement acheminée vers l’Europe par mer, le plus souvent dans des cargaisons de conteneurs. La cocaïne trouvée en Europe provient majoritairement de Colombie, cependant les cargaisons du Pérou ou de Bolivie y sont plus communes que sur le marché des Etats-Unis.

(Extrait sonore : Yuri Fedotov, Directeur exécutif du Bureau de l'ONU contre la drogue et le crime)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
08/12/2017
Loading the player ...