Tuberculose/OMS : encore 1,3 million de morts dans le monde en 2012

Écouter /

Photo : OMS

C’est une bonne nouvelle toute relative, le nombre de décès liés à la tuberculose a reculé pour la troisième année consécutive dans le monde. Au total, la maladie a été à l’origine de 1,3 million de morts en 2012, contre 1,4 en 2011. En revanche, selon le rapport de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), les tuberculoses multi-résistantes ne cessent de progresser et la maladie reste un « problème majeur de santé publique».

La tuberculose reste l'une des maladies infectieuses les plus meurtrières au monde: elle se situe en seconde position juste après le VIH/sida. Selon le rapport annuel de l'OMS sur la tuberculose, 8,6 millions de personnes ont contracté le bacille en 2012 (dont 1,1 million également contaminé par le virus du sida), contre 8,7 millions l'année précédente, soit une baisse de 45% depuis 1990. Les décès sont tombés à 1,3 million (dont 320.000 étaient également contaminés par le virus du sida) dans le monde, contre 1,4 million l'année précédente. La mortalité avait atteint un sommet en 2003 avec 1,8 million décès.
29% des cas ont été détectés en Asie du Sud-Est, 27% en Afrique et 19% dans les régions du Pacifique Ouest. A elles seules, l'Inde et la Chine ont enregistré respectivement 26% et 12% des cas.

Pour l'OMS, « la tuberculose reste un problème de santé globale majeur ». Des progrès sont réalisés, « mais pas assez vite », estime-t-elle, soulignant la persistance de graves difficultés. Tout d'abord, en 2012, seulement environ 5,7 millions de nouveaux cas ont été signalés. Ce qui signifie que près d'un tiers des cas estimés ne sont toujours pas signalés, un chiffre stable par rapport à l'an dernier.

L'OMS s'inquiète également de la progression de la tuberculose multirésistante (TB-MR) qui est une forme de tuberculose causée par un bacille qui résiste à au moins l'isionazide et la rifampicine, les deux médicaments antituberculeux standard les plus efficaces. L’OMS estime que rien qu’en 2012, 450 000 personnes ont été atteintes de tuberculose multirésistante. La Chine, l’Inde et la Fédération de Russie sont les pays à plus forte charge de tuberculose MR, suivies par 24 autres pays.

Une autre difficulté a trait à la co-infection tuberculose-VIH. Si l’on a observé des progrès importants depuis dix ans dans l’extension du traitement antirétroviral pour les patients tuberculeux vivant avec le VIH, moins de 60 % étaient placés sous antirétroviraux en 2012. Cette situation doit absolument être améliorée, conclut le rapport.

Dans son rapport, l'OMS se félicite toutefois de quelques avancées. Depuis 2010, la tuberculose n'a cessé de reculer dans le monde. Et fin 2012, la bédaquiline est venu renforcer l'arsenal thérapeutique dont dispose les médecins: en outre, ce traitement est devenu le premier médicament contre la tuberculose à être homologué en 40 ans, relève l'OMS. Il n'en demeure pas moins qu'aucun vaccin ne devrait être disponible avant 2025, selon l'OMS.

Par ailleurs, l’OMS s’inquiète du manque de ressources pour la lutte antituberculeuse. Les programmes antituberculeux n’ont pas les moyens de dépister et de traiter les personnes « difficiles à atteindre », souvent en dehors du système de santé public ou formel. Dans ces conditions, l’agence plaide pour l’accroissement des financements nationaux et internationaux afin de combler le déficit de ressources – estimé désormais à près de US $2 milliards par an – si l’on veut intervenir efficacement dans les pays revenu faible ou intermédiaire.

Selon le Docteur Mario Raviglione, Directeur du Programme mondial de lutte antituberculeuse à l’OMS, « Les soins antituberculeux de qualité dispensés à des millions de personnes dans le monde ont permis de faire considérablement diminuer le nombre de décès dus à la maladie ». « Mais beaucoup de gens échappent encore aux soins et souffrent. Ils ne sont pas diagnostiqués ou ne sont pas traités, ou l’on manque d’informations sur la qualité des soins qu’ils reçoivent. » L’OMS estime que 75 % des trois millions de cas qui échappent ainsi aux activités de lutte sont concentrés dans 12 pays.

Le Rapport repose principalement sur les données fournies par les États Membres de l’OMS. En 2013, 178 États Membres et au total 197 pays et territoires, qui représentent collectivement plus de 99 % du nombre mondial de cas de tuberculose, ont communiqué des données.

(Interview : Docteur Dennis Falzon, Expert médical de l’OMS ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
17/09/2014
Loading the player ...